X

Recherches fréquentes

Alaska

La chaîne volcanique des Chigmit

10 septembre 2019

Chaine volcanique des Chigmit

Au petit matin, la tente est gelée. Il a fait très froid cette nuit encore. Le vent glacial qui nous accompagne nous rappelle les latitudes sous lesquelles nous roulons. Pourtant, le temps est splendide. Les paysages sont fantastiques, somptueusement irradiés par un puissant éclat. L’océan se dévoile dans les tons bleu roi du Cook Inlet. Et en arrière-plan les montagnes Chigmit se présentent, faisant partie de la chaîne aléoutienne. Tous les sommets sont encore enneigés jusqu’à l’océan. Deux strato-volcans s’élèvent dans le ciel, le mont Redoubt à 3 108 m et le volcan Illiamna à 3 052 m. Avec une hauteur de plus de 2 500 m, ces volcans dessinent le panorama de leur majestueuse forme conique. Recouverts de glaciers, ils sont pourtant encore en activité. En 1989 le Mont Rebout entra en éruption sur plus de 6 mois. La fonte rapide de la neige et des glaciers a créé des nuées ardentes s’élevant jusqu’à 14 000 m d’altitude et des lahars, de gigantesques coulées boueuses. En 2009, les signes d’une pré-éruption se font sentir... la puissance de ce volcan est encore présente, totalement intégrée à la majestuosité de sa silhouette.

 Nayla et Fibie face au Mont Rebout

Le panorama est absolument splendide, les aigles virevoltent dans le ciel et, alors que caché dans l’océan, la présence des baleines, orques et beugla apportent une touche de mystère.

Le Mont Rebout se dessine au-dessus de l'océan

Entourés par cette nature époustouflante d’une pureté cristalline, nous entrons dans une énergie de gratitude et d’euphorie. Nous montons si haut dans cette félicité que nous plongeons avec la même intensité dans l’incompréhension du monde humain. Nous ne trouvons pas de lieux où monter la tente. Les kilomètres défilent et rien ne se dessine. La fatigue commence à se faire réellement sentir. Toutes les propriétés possèdent des panneaux «no trespassing». Nous avons déjà tenté à trois reprises de demander de l’aide et un coin pour planter notre tente et avons été accueillis avec un refus catégorique. Je perds confiance en l’humain, en sa compassion et sa générosité. J’entre dans un monde habité par la colère et la peur. Une partie de l’Alaska est peuplée par les brigands et les criminels, par ceux qui souhaitent sortir de la société. Nous le savons, pourtant, cette fois il nous semble que nous sommes face à des hommes et femmes dont l’argent est devenu leur seul maître. Nous plongeons dans le désespoir d’un monde cruel où l’humain expose son visage le plus sombre. Arrivés vers un petit magasin, j’entre les larmes aux yeux, vidée et demande si nous pouvons nous installer, comme dernier recours à une quête qui nous submerge. Il nous propose de monter la tente derrière le bar. Nous mangeons affamés dans ce petit coin dépouillé, souillés par la dureté des regards humains que nous avons croisés, et désenchantés, parce que juste derrière les quelques arbres, la nature, elle, a paré son plus beau manteau.

 Nayla s'envole comme les aigles que nous voyons planer au-dessus de nous

Avec un ressort d’énergie, je tente une dernière fois de trouver un lieu plus serein, propice à une nuit plus douce. Je marche avec Fibie et Nayla vers la première propriété. Le panneau: «cette propriété est protégée par un chien et une arme» m’invite à poursuivre mon chemin vers la deuxième maison. Je frappe, me préparant au pire. Un homme apparaît. Je lui demande s’il n’a pas un espace pour planter notre tente. Il m’accueille avec un sourire et accepte spontanément. La confiance en l’humain est sauve. Cette nuit sera paisible. Intimement, je remercie ce couple non seulement pour avoir accepté, mais pour avoir permis de garder au fond de mon cœur cette infinie confiance.

Céline

 

 

 

Retour au blog