X

Recherches fréquentes

Chine

La Mongolie-Intérieure

09 janvier 2019

 Yourte, le symbole de cette région

Une yourte apparaît. Les décorations peintes sur la toile blanche sont les motifs traditionnels des peuples de Mongolie intérieure. Plus qu’une simple yourte, elle est aussi le symbole de cette région. La Mongolie-Intérieure a été déclarée province autonome dans le grand Empire chinois en 1947. C’était la première à obtenir ce statut. Les cinq autres territoires distincts sont le Guangxi au Sud, habitée par les Zhuang, le Ningxia dans le centre peuplé par les Hui musulmans, le Xinjiang à l’extrême Ouest, pays des Ouïgours, et finalement la région autonome du Tibet. Dans ces régions, une part importante de la population appartient à une minorité ethnique. Ils jouissent d’une certaine indépendance au niveau financier, économique et administratif. Malgré une plus grande autonomie, le gouvernement chinois pratique la politique de l’assimilation. Ainsi, depuis les années 70, une campagne a été menée afin de sédentariser les nomades. Aujourd’hui, il ne reste quasiment plus de bergers nomades, et seul un infime pourcentage du peuple mongol vit dans une yourte. La ger que nous découvrons est ainsi le signe de cette sédentarisation et assimilation. Le berger vit dans une maison en brique, et la yourte est uniquement utilisée pour l’expérience touristique. L’influence a bien sûr touché l’alimentation, ici il y a des cochons, des poules et des oies. À la rencontre avec cette famille, nous recevons à nouveau un somptueux accueil, toujours avec du thé au lait mais cette fois avec des œufs et des sortes de beignets. 

Aujourd’hui, les citoyens mongoles ne représente que 15 % de la population de la province, la majorité dominante est les Han. Minorité en Chine, les 6 millions de Mongols restent tout de même deux fois plus nombreux que leurs voisins de Mongolie. Les paysages sont toujours semblables. Des paysages désertiques et lunaires sur plus de 2 500 kilomètres en arc de cercle autour de l’Empire du Milieu. Pour nous aussi, le désert s’étend inlassablement. Aujourd’hui, un troupeau de chameaux rompt la monotonie. Le froid s’allège rien qu’en observant leur mimique. Les jeux autour de ces grands ruminants nous offrent gaîté et enthousiasme malgré la fureur du vent. 

 La police nous invite pour le repas de midi

À l’entrée de l’autoroute, au poste de contrôle de la police, nous cherchons refuge, un endroit à l’abri du vent. On nous indique une petite chambre vers la chaudière de charbon et comme partout, un thermos d’eau chaude est mis à notre disposition. Quelques minutes plus tard, un homme vient nous chercher. Nous sommes invités à manger avec toute la section. Nous nous trouvons face à quelque huit plats de légumes, tofu, viandes et des baozi, des petits pains farcis. Nous plongeons au cœur de la culture Han et ses incroyables saveurs. Nous avons aussi l’occasion de parler avec Liang, anciennement guide touristique. Il nous donnera quelques informations sur des sites incontournables en Chine. 

Xavier