X

Recherches fréquentes

Japon

Le sanctuaire de Sumiyoshi Taisha

20 juin 2019

Les enfants de 3, 5 et 7 ans viennent célébrer leur anniversaire dans ce sanctuaire

Le sanctuaire de Sumiyoshi Taisha se présente face à nous. Reconnu en tant que trésor national, son style architectural date du 5ième siècle, avant l’influence du Bouddhisme. Il est aussi le sanctuaire principal pour les célébrations des enfants à 3, 5 et 7 ans. Pour nous, il est le retour à la profondeur des énergies shintoïstes, à l’intégration du tout et à la reconnaissance des esprits de la nature.

Le pont du tambour, le Taikobashi

Le pont rouge vif est un des emblèmes du temple. Il traverse un petit lac aux tortues et s’élève abruptement. Il est nommé le Taikobashi, le pont du tambour. Sa parfaite réflexion dans l’eau crée une forme ronde qui symbolise parfaitement les Taïko, les tambours japonais.

Au passage du Torii, nous nous inclinons afin de le saluer et marquer notre respect au Kami, la divinité du lieu. Puis nous pratiquons une purification, un rituel symbolique que Nayla et Fibie affectionnent particulièrement. Une fontaine, le Temizu-ya, se trouve à l’entrée de chaque lieu sacré. Plusieurs louches au long manche, généralement en bambou, sont déposées et alignées sur la source d’eau. Nayla court pour attraper le hishaku, la louche. Elle la rempli à l’eau qui coule de la fontaine et nettoie sa main gauche, puis fait de même pour sa main droite. Elle met ensuite de l’or bleu dans sa paume gauche et en prend une gorgée qu’elle va cracher au pied du bassin. Finalement elle tient la louche verticale afin laisser couler l’eau le long de celle-ci. Le premier rituel est terminé.

 Lanternes alignées le long du temple

Elle s’élance ensuite devant le temple. Elle commence par sonner la cloche à l’aide d’une longue corde tressée. Le bruit purifie et chasse les mauvais esprits. Puis elle s’incline deux fois, et frappe fort des mains, deux fois. Ensuite elle fait une prière et s’incline à nouveau. Puis elle revient guillerette nous dire qu’elle a prié le Kami.

Nous arrivons au pied du Taikobashi

 

De larges pierres rondes, ainsi qu’une statue dorée de lapins, ont été lissées par le passage des mains. Elles sont caressées avec conscience et délicatesse, et peuvent ainsi prédire si les prières seront exaucées. Nayla s’émerveille de la douceur de la pierre, quant à sa prière: «Bien sûr, les Kamis l’ont entendue!»

Céline

 

Retour au blog