X

Recherches fréquentes

Alaska

Sur une des routes classiques du cyclotourisme

19 novembre 2019

 Nos vélos pèsent plus de 120 kg chacun

Aline et Henri arrivent sur leurs vélos chargés. Ils ont l’air fatigués. Eux partent en direction du Canada, nous roulons plein Nord. Eux viennent de quitter Anchorage et cela fait une semaine qu’ils sont partis pour une aventure qui devrait les mener en deux ans à Ushuaïa au bout de l’Amérique du Sud.

Pour quelques kilomètres, nous roulons ensemble sur une des routes classiques du cyclotourisme. D’ailleurs, à chaque rencontre on nous demande toujours si nous allons rejoindre la Terre de Feu, et surtout pourquoi nous ne voulons pas traverser les Amériques? Guidés par notre intuition, nous poursuivons ce projet qui nous emmène dans les terres sauvages du Grand Nord, même si sa réalisation à vélo n’est pas toujours des plus simples!

Toujours est-il que ce couple nous croise à un moment de doutes et de questionnements. Eux vivent le changement complet de devenir nomades, ils plongent dans une réalité du voyage où un cocon douillet leur manque. Ils passent des heures à retrouver leurs affaires perdus quelque part dans leurs sacoches. Ils s’inquiètent des difficultés à venir et ne supportent déjà plus les moustiques.

Nous roulons quelques heures en compagnie d'Aline et Henri

Nous avons l’impression qu’ils nous voient comme des indestructibles Gaulois, surtout à la vue de nos vélos chargés. Pourtant, ils sont contents de trouver une oreille qui peut entendre leur peur et inquiétude, sans les alimenter. Ils sont ravis de s’ouvrir et de partager un peu de leur cheminement intérieur. Et même si nous n’avons pas toutes les réponses, nous incarnons le voyage et l’enchantement d’une vie de nomades. Nous profitons de répondre aussi à toutes leurs questions matérielles et surtout nous leur montrons une autre manière d’être dans le mouvement.

Bien sûr ils voient en nous la magie d’une vie de nomades en famille, celle qui nous porte au-delà des kilomètres, au-delà des défis extérieurs et intérieurs, et pourtant pour nous aussi, trouver l’harmonie dans cette vie de changements absolus est un art.

Céline

 

Retour au blog