X

Recherches fréquentes

Alaska

Témoins silencieux de la magie de la vie

23 octobre 2019

Face aux montagnes, Nayla a du plaisir à rouler toute seule

Traversant le col Thomposon, nous entrons lentement dans l’intérieur des terres. Nous passons des hauts sommets des montagnes Chugach, de l’océan, d’une végétation nourries par les pluies abondantes à un climat subpolaire. Nous roulons au pied du glacier Worthington dont la langue s’étire presque jusqu’à la route. Les nuages qui effacent les montagnes ne rendent pas hommage à sa grandeur. À l’image du ciel, il est blanc et gris. Sa glace bleu vif n’est pas irisée par le soleil. Pourtant, ce glacier résonne comme un symbole de cette terre polaire.

 Nous arrivons dans un climat subpolaire

Nayla roule seule face au haut sommet enneigé, face à ces superbes montagnes qui s’élancent dans le ciel. La circulation quasi nulle rend les espaces encore plus sauvages. Nous sommes sur une terre extraordinaire, dans des endroits reculés et puissants. Nous sommes au cœur d’une nature qui nous dépasse, tellement elle est vaste, gigantesque, majestueuse, à la fois attirante et tellement hostile. Le prochain point de ravitaillement, un petit village, se trouve à quatre jours de routes, à plus de 200 kilomètres.

Les distances sont longues et les paysages sauvages

Seuls les spermophiles arctiques nous tiennent compagnie, mais certainement que d’autres espèces nous observent du coin de l’œil. Ces mammifères sont remarquables. Ils hibernent pour l’hiver, parfois débutant au début du mois d’août jusqu’à la fin d’avril. Il ne reste que quelques mois d’activités pour la reproduction et pour accumuler les réserves nécessaires pour l’hiver. Le plus étonnant est la température du corps qui atteint les -3 °C. Le corps fonctionne ainsi à des températures négatives alors que le cœur bat à environ un battement par minute.

Tout nous rappelle que nous traversons des paysages sacrés, habités par des espèces uniques. Nous vibrons dans ces espaces et à la fois, nous sentons que nous ne faisons que passer. Nous sommes des témoins silencieux de cette magie de la vie, de cette grandeur de notre planète bleue.

Céline, Xavier, Nayla et Fibie

Retour au blog