X

Recherches fréquentes

Japon

Une conférence en plein air

11 août 2019

Soirée Suisse - Japon

Une vingtaine de personnes me regardent, absorbées par la musique, les images, les mots. Je suis au milieu d’un jardin japonais, parfaitement composé et taillé. Des lanternes en pierres apportent cette touche finale qui permet de déterminer sans hésitation que nous sommes au Japon. Alors que je parle, je sens l’énergie monter en moi. Cette envie de partager notre aventure, mais surtout cette force de vie qui nous habite. Face à moi, je sens les gens vibrer. Je sens que je touche une partie intime de leur être. Je sens que je touche à leur infinie spontanéité, à leurs rêves, parfois d’enfants.

 Nayla se faufile entre Jean-François Paroz, ambassadeur Suisse, et Tatsuno San, Fondateur de Mont Bell

Notre présence par moment ignorée par l’exaltation de la rencontre entre personnalités, par le processus des conventions sociales et culturelles, est d’un coup révélée. Tatsuno San a réussi son tour de magie. Là au milieu de la réception de l’ambassadeur Suisse Jean-François Paroz et d’une délégation de Berne en lien avec la société vieillissante, nous présentons une conférence sur notre vie de nomades. Au milieu d’une rencontre entre professeurs et scientifiques, Tatsuno San a plongé les personnes présentes dans l’audace d’une vie complètement autre.

«Mais pourquoi? Pour quelle cause?» nous a-t-on questionné avant même les premières images. «Les intuitions ont-elles besoin d’une cause? Les rêves ne se suffisent-ils pas à eux-mêmes?» Et si le simple fait de vivre pleinement notre vie était une invitation pour les autres à être en lien avec leurs propres intuitions? Avec leur mission de vie?

Je crois en le chemin de chacun, parce que chaque histoire est unique, parce que chaque chemin de vie est unique, parce que chaque vision du monde est unique. C’est peut-être pour cette raison que je ne suis plus anthropologue. Parce que je pense que nous sommes les créateurs de notre propre vie et que nos expériences sont les miroirs de notre être intérieur. Ainsi je ne fais plus de l’anthropologie, je vis l’anthropologie.

Cette présentation est la quintessence de notre vie en plein air, elle reflète parfaitement notre chemin. Elle est entourée du chant des oiseaux, de la brise qui fait vibrer l’écran, de l’odeur des fleurs en pleine floraison. Elle est couronnée du somptueux érable japonais aux feuilles vertes lumineuses. Alors qu’un élan de gratitude m’enveloppe au moment au je remercie Tatsuno San, je vois aussi dans les yeux des personnes qui me regardent une émotion vive. Ils ont été touchés, émus, portés par nos photographies et paroles.

«Et quelle sera la suite?» un homme me questionne. «L’Alaska». Dans le silence qui suit, je sens l’énergie de cette Terre d’aventure, cette Terre d’inconnu pénétrer dans chacune des personnes présentes. «Chaque jour nous plongeons dans un parfait inconnu. Vivre cet inconnu est un chemin de haute voltige dans lequel nous n’avons pas le choix que de prendre par la main nos peurs. Nous ne pouvons ni les ignorer ni les repousser, nous les transformons ou nous marchons avec elle...»

Céline

 

Retour au blog