X

Recherches fréquentes

Japon

Yokohama

29 juillet 2019

 Les géants se dressent autour de nous

La ville portuaire de Yokohama nous ouvre ses bras. Nous y arrivons enthousiasmés et ravis d’avoir réussi à l’atteindre à temps pour le prochain événement de Montbell. Nous découvrons son magnifique visage. Des bâtiments modernes incroyables se dessinent au bord de l’eau. De nuit, les lumières qui les illuminent créent de véritables spectacles.

De nuit, les lumières donnent une autre ambiance

Nayla traverse la ville de près de 4 millions d’habitants, de nuit, sur son vélo. Elle est fière de rouler au milieu de ces géants qui se dressent, le long des rues piétonnes, dans le foisonnement de Chinatown. Fibie aussi a grandi durant ce dernier mois. À la découverte de toutes ces places de jeux, elle a pris confiance en elle et son corps. Elle est devenue réellement habile et nous impressionne de sa coordination. Chaque jour, elle va un peu plus loin et maintenant, elle suit Nayla presque partout. Moi aussi je me sens transformée. Lentement, je sors de l’énergie de la maternité, je sens que Fibie entre dans une nouvelle phase et moi aussi.

L'agitation de Chinatown au coeur de Yokohama

Arrivés à l’hôtel qui nous est réservé, je prends du recul pour nous observer. La chambre est minuscule. Nayla et Fibie jouent sur le lit, Xavier travaille sur l’ordinateur dans un coin et je fais à manger par terre. Pas d’espace, pas d’échappatoire. Nous sommes toujours ensemble. Mais surtout je suis impressionnée de notre capacité d’adaptation. Je crois même que nous avons oublié la douceur de la stabilité, de la sédentarité. Tout n’est qu’adaptation. En même temps, je sens que cela nous donne une puissance, celle de vivre constamment le changement, de le suivre. À cet instant, un homme frappe. Il nous demande de payer pour le parking: il demande l’équivalent de 200 francs pour faire dormir nos vélos les quelques nuits. Nous sommes sans voix. Le plus difficile pour nous n’est pas de vivre dans l’aventure, de vivre au cœur des éléments ou de la nature. Le plus dur c’est le retour à la civilisation, et parfois à la bêtise humaine. La douceur attendue s’efface devant la réalité de chacun. C’est ainsi que nous passons sans transition d’un visage à l’autre, d’un statut à l’autre dans le regard des autres. Parfois nous sommes de grands aventuriers, parfois nous sommes encouragés, admirés ou méprisés, parfois nous ne sommes rien.

Céline

Ville portuaire de Yokohama

Retour au blog