A juste trois ans, Fibie fait du vélo | Coopération
X

Recherches fréquentes

Alberta - Canada, Août 2020

A juste trois ans, Fibie fait du vélo

17 octobre 2020

Nous venons de traverser la rivière Red Deer pour la quatrième fois. Comme à chaque fois, une longue montée nous attend afin de sortir de la vallée. Cette fois, le vent est démoralisant. Il nous contre avec force alors que de puissantes rafales nous stoppent net. Nous peinons à grimper et à garder l’équilibre sur nos vélos. Nayla est montée sur le système tandem et son poids supplémentaire fait hurler mes muscles. Nous avançons péniblement, mais cela fait 5 jours d’affilée que nous roulons et nous avons besoin d’un jour de pause. Nous espérons rejoindre le camping de la vallée d’Acacia. Plus nous avançons, plus le vent s’intensifie. Encore dix kilomètres, mais ces dix kilomètres sont souffrance, une lutte constante contre le vent, contre le temps. Fibie et Nayla en ont assez, elles commencent à se plaindre.

Fibie « répare » son vélo. Août 2020

Finalement, c’est une lutte mentale. Dans ces instants, alors que je vois défiler chaque centaine de mètres sur mon compteur, alors que chaque coup de pédale est une lutte, je peux soit exploser, soit lutter, soit lâcher et me concentrer sur de petits détails afin d’égarer mon esprit. Habituellement, j’arrive à lâcher prise et à accepter de traverser dans la douceur, pour moi, pour mon corps et pour mon esprit. Cette fois, à chaque tentative, je replonge dans un combat interminable. Chaque mouvement de Nayla chahute mon vélo et garder l’équilibre est non seulement une véritable acrobatie, mais aussi un défi. Je dépense une telle énergie pour maintenir tout ce poids en équilibre que mes poignets en souffrent.

Toujours pleine d’énergie, Fibie profite de la nature. Août 2020

Cette fois, je passe la limite du plaisir, je n’arrive plus à distraire mon esprit, je suis en effort constant, dans mon corps, dans ma tête, il n’y a plus que l’objectif qui compte. Je suis épuisée. Une heure et demie plus tard, nous arrivons au camping Acacia. Il est interdit pour les tentes à cause du Covid ! Pas d’attente, nous aurions dû le savoir ! Après une déception supplémentaire, et au bord de l’épuisement mental et physique, on nous autorise à rester dormir deux nuits. J’en ai les larmes aux yeux.

A juste trois ans, Fibie fait du vélo toute seul. Août 2020

Le lendemain après un sommeil réparateur, nous faisons la lessive à la main puis partons faire les achats dans le village. Fibie prend son vélo et pour la première fois, elle roule toute seule ! Après le balance bike, et le système tandem, elle apprend en un mois à faire du vélo sans passer par les petites roues stabilisatrices. À trois ans et quelques jours, la voilà qui traverse la rue principale d’Acacia fière de sa réussite. Elle en est si joyeuse et ravie de sa nouvelle autonomie qu’elle refuse dorénavant de monter sur le système tandem ! Maintenant, elle veut rouler toute seule !

Céline