Alerte à la Tornade | Coopération
X

Recherches fréquentes

Manitoba - Canada, septembre 2020

Alerte à la Tornade

26 novembre 2020

 

Avec l’aide de Fibie et Nayla, Xavier vient juste de monter la tente dans un champ d’herbe, à environ 50 mètres d’une dizaine de ruches. Les filles inventent de nouveaux jeux avec les fleurs et se roulent dans l’herbe. Pourtant, une étrange sensation nous envahit. Le ciel s’assombrit. Il est environ 17 heures et de gros cumulus deviennent de plus en plus chargés. Tel un gigantesque champignon, sa forme augmente de minute en minute. La luminosité elle aussi change. Une teinte orangée émane de ses nuages en ébullition. Nous n’avons jamais expérimenté un tel scénario et quelque chose dans notre instinct nous indique un éventuel danger. Ce soir, par miracle, nous avons du réseau. Je reçois alors une alerte, toutes les conditions sont réunies pour qu’une tornade apparaisse dans la région où nous nous trouvons. L’alerte est rouge.

A travers les routes secondaire en graviers. Septembre 2020

Dame nature est la rêne et nous y sommes soumis. Il n’y a rien à faire pour le moment. Le vent commence à se lever, les orages éclatent dans le gigantesque cumulus au-dessus de nous. L’électricité qui nous entoure nous fait mal à la tête. Nous faisons à manger en surveillant l’ évolution des signes météorologiques. L’ inquiétude commence à augmenter. Nous demandons protection pour que les vents ne soient pas trop violents et que la tornade ne touche pas terre juste où nous nous trouvons.

Tout s’amplifie encore, la luminosité devient de plus en plus étrange. Il n’y a encore aucun signe qui nous implore la fuite, mais tout peut tourner rapidement. Finalement après plus de deux heures, le front noir se déplace au sud, nous épargnant. Nous sommes soulagés, enfin nous pouvons respirer.

Nayla fixe une élastique entre la charrette et son vélo. Septembre 2020

Le lendemain, nous retrouvons Julie et Séraphin, des amis belges immigrés au Canada que nous avons connu au Yukon. Ils partent pour une nouvelle aventure dans les maritimes et traverse tout le Canada du Nord-ouest au Sud-est. Pour les rejoindre à la plage arc-en-ciel, nous longeons des pistes en gravier sur 20km qui nous offrent certains des plus beaux spectacles des prairies. Un peu comme un au revoir à ces paysages qui s’estompent désormais pour faire place à la forêt et au bouclier laurentien. La bière belge partagée au bord du feu célèbre notre amitié. Nous sommes heureux qu’il ait fait un détour de 200km pour venir nous dire bonjour.

La pluie s’abats sur nous. Septembre 2020

Au petit matin, la motivation est légère. Retrouver nos amis nous a fait du bien pourtant nous avons besoin de repos. Nous posons la tente une quinzaine de kilomètres plus loin, à la rivière Ochre. Nous y passons l’après-midi et au moment d’entrer dans la tente, Teresa vient nous parler. Elle nous explique qu’il y a un ours noir qui traîne dans la région et qui a déchiré la tente de son fils. « Mais c’est impossible pour nous de partir maintenant! » nous faisons alors attention de ne laisser aucune odeur dans notre tente. Une heure plus tard, c’est le déluge. Un orage s’abat sur nous avec la brutalité d’une tempête. Un éclair frappe juste à nos côtés dans une terrible détonation. Nous restons humblement dans nos sacs de couchage, pris par moment aux angoisses de nos pires cauchemars. Teresa, inquiète, reviendra le matin s’excuser de nous avoir laissé dormir dehors avec panier de tomates de son jardin.

Xavier

 

Retour au blog