Entre lac et désert | Coopération
X

Recherches fréquentes

Yukon Canada, Juillet 2020

Entre lac et désert

10 septembre 2020

Vue sur le lac Emeraude. Juillet 2020

 

Ici à Carcross, au milieu des forêts boréales, apparaissent des dunes de sable. Cette terre nue compose une transition incroyable entre le vert infini de la taïga et le bleu roi du lac Bennett.

Certains le nomment le plus petit désert au monde, avec sa taille d’environ 2,6 km2. Techniquement, le désert de Carcross est une série de dunes dans le Grand Nord. Le climat est trop humide pour être considéré comme un vrai désert. Le sable a été créé lors de la dernière glaciation, par la présence de gigantesques lacs glaciaires. Une fois asséchés, les dunes sont apparues. Cette zone compose un écosystème unique, où poussent des variétés de plantes rares. Les filles sont euphoriques! Elles courent dans le sable, le lancent dans l’air, grimpent sur les dunes et sautent depuis ses formations irréelles dans ce coin du monde.

Dunes de Carcross. Juillet 2020

 

Carcross n’est pas l’unique lieu où se trouvent des dunes. A environ la même latitude, mais quelques milliers de kilomètres à l’est se trouve les dunes d’Athabasca dans la province de Saskatchewan, à la limite des Territoire du Nord-Ouest. Là-bas, les dunes sont très actives et peuvent atteindre 30 mètres de hauteur sur 1,5 km de longueur.

Vue du désert de Carcross avec le lac Bennett en arrière plan. Juillet 2020

 

Nous sommes à peine hors des dunes que nous atteignons Emerald Lake. Ce lac est stupéfiant. Il possède une couleur extraordinaire, un vert turquoise inimaginable. Nous sommes envoûtés. Evidemment, Nayla et Fibie veulent aller s’y baigner. Nous rejoignons alors la berge, entre les épinettes noires. L’eau est limpide! Nous entrons dans l’eau qui doit être à peine plus chaude que 5°C. Tous ces derniers matins, au lever du jour, les températures étaient négatives. Nous profitons pourtant de la chaleur du soleil qui chauffe notre peau. Tout le mois de juin et une bonne partie de juillet a été pluvieux. La température est rarement montée à 15°C. Et en août, les températures commencent déjà à redescendre. L’été se finit fin juillet au Yukon. Pourtant, nous nous rendons compte à quel point la sensation de froid est relative. Actuellement, nous nous baignons avec plaisir lorsqu’il faisait un petit 12°C, parfois avec un vent glacial. L’eau est rarement au-dessus de 6-7°C. Et pourtant, une fois immergé, il suffit de rester suffisamment longtemps pour que le corps s’habitue à la température. Ensuite, nous pouvons jouer et nager durant 20 à 30 minutes. Sortir de l’eau est plus compliqué. C’est en général à ce moment que nous claquons des dents jusqu’à ce que péniblement le corps se réchauffe. Pourtant, la sensation de bien-être et le coup de fouet que cela nous procure sont incroyablement vivifiants. À chaque fois que nous le pouvons, nous sommes dans l’eau.

Céline

Fibie nous montre sa position de yoga favorite sur le sable. Juillet 2020

 

Retour au blog