X

Recherches fréquentes

Yukon Canada, janvier-juin 2020

Et si éduquer voulait dire faire confiance?

20 juillet 2020

Education en pleine air, Juin 2020

Mes questionnements sur l’éducation et l’école à la maison pour Nayla se poursuivent. Je n’arrive pas à sortir du cadre imposé par la société et en même temps, je sens bien qu’il y a une autre voie qui peut se mettre en place. Mais comment?

Je ressens chaque jour un peu plus fortement que ce que j’enseigne n’est pas nécessairement ce que Nayla apprend. Par contre, je me rends compte que Nayla fait de plus en plus de postures de yoga et a de plus en plus de technique de danse. Comment a-t-elle appris? En me regardant, en essayant de faire avec moi, en demandant des informations, en regardant une chorégraphie, en tirant des cartes sur les postures de yoga. Et là, je sens qu’avec une guidance, je peux l’emmener à essayer, à interpréter, à faire autrement. Finalement, elle apprend toute seule. Je suis simplement là pour la soutenir dans son apprentissage.

Nayla fait quelques position de yoga face aux montagnes - Juin 2020

Un changement de perspective complet s’offre alors à moi. Et si je n’avais pas à porter le poids de l’éducation de Nayla, et si je n’avais pas à être le professeur? Et si je pouvais simplement faire confiance à son apprentissage naturel? Et si je pouvais simplement la guider sur son chemin d’apprentissage? La charge présente alors sur mes épaules se soulage instantanément. Et si je lui faisais don de ma confiance?

Nous pourrions ainsi inventer une manière à nous d’apprendre. Nous pourrions être les deux des élèves sur le chemin des apprentissages de la vie. J’entends ce qui résonne en elle et suis ses envies et motivations, et ensemble nous trouvons la chorégraphie quotidienne qui permet de grandir, d’apprendre, d’être émerveillé par la vie, d’être créatif et créateur de sa vie à chaque instant. Je n’ai plus à enseigner, mais à nourrir son amour pour l’apprentissage. Et cette envie d’apprendre, de découvrir, d’explorer, d’une manière ou d’une autre est présent en chacun de nous.

Nayla est toujours pleine d’énergie,
surtout lorsque l’on campe - Juin 2020

«Nayla et Fibie ont les yeux qui pétillent» me souffle Rebecca, «C’est incroyable» ajoute-t-elle.

Je ne sais pas si les yeux pétillants sont liés à nos choix de vie, mais je suis sûre qu’elles ont toutes les deux une force de vie incroyable! Nayla participe au club de hockey, de foot et de ski de fond de Haines Junction. Fibie participe à une activité pour les plus jeunes deux fois par semaine, qui comprend des bricolages, coloriages, chanson et yoga. Toutes ces activités sont en anglais, Nayla a déjà l’accent canadien et Fibie ajoute de plus en plus de mots anglais dans ses phrases.

Mais peut-être que ce qui m’impressionne encore le plus, c’est leur faculté d’adaptation aux changements. Elles sont tant flexibles que lorsque nous avons dû renoncer à aller faire notre premier tour en chien de traîneau à cause des conditions météorologiques et routes barrées, Nayla, qui avait attendu depuis des semaines cet événement, était la moins déçue de tous. «Mais Maman, Papa, ce n’est pas grave! Nous pouvons faire de la peinture sur les cailloux!»

Faire don de sa confiance aux enfants est peut-être une nouvelle forme d’enseignement, où l’important est d’apprendre à apprendre et d’avoir plaisir à le faire. Où apprendre n’est pas uniquement le temps passé à l’école, mais lié à chaque moment de l’existence, comme un moteur qui nourrit l’esprit et le corps. Finalement apprendre c’est aussi ce qui nous rend vivant!

Céline

 

 

Retour au blog