Grizzly | Coopération
X

Recherches fréquentes

Alaska

Grizzly

11 février 2020

Un ours traverse tranquillement la route

Arrivés au camping d’état de Congdon au bord du lac Kluane, nous entrons indéniablement dans le territoire des ours. Un parc électrique a été construit afin de protéger les personnes dormant sous tentes. Étant donné que le parc a une longue histoire de conflits entre campeurs et ours, notamment parce qu’il compose un lieu de passage, mais aussi à cause des plantes et baies qui se trouvent dans la région. Ainsi il est recommandé de se déplacer avec un spray contre les ours et de dormir dans la clôture électrifiée. Nous avons un peu la sensation d’être au zoo sauf que cette fois les animaux sauvages sont en liberté.

Le grizzly nous observe depuis le bord de la route

Nous allons nous baigner près du lac, et sommes toujours frustrés par cette éternelle fumée. Nous ne voyons même pas la rive opposée, ni même les superbes sommets qui nous surplombent et qui paraient-ils sont spectaculaires, voire mystiques. Le lac Kluane est le plus grand lac du Yukon avec ses 400 km2. La rivière Slim qui alimentait le lac a été déviée en raison des changements climatiques, du coup le niveau du lac a largement baissé depuis 2016.

 Le grizzly, qui était à 20 mètres de nous, part paisiblement dans la forêt

J’entends un coup de klaxon et Xavier est arrêté au bord de la route. Je freine lentement à sa hauteur. D’un coup je réalise. Un gros grizzly est à 20 mètres de nous. Xavier surpris a fait un écart au moment où une voiture passait. L’ours l’a observé et voilà qu’il s’en va lentement en nous regardant de temps en temps. Les quelques secondes nous paraissent des minutes. Il n’est pas pressé. Je vais me mettre en sécurité alors que Xavier reste à l’observer. Lui est complètement paisible et émerveillé par cette rencontre.

Le lendemain, nous voyons à nouveau la tête d’un gros grizzly en dessus des fourrés à une vingtaine de mètres de nous. Il poursuit son chemin et traverse la route en aval. Nous l’observons déambuler lentement avec sa démarche d’ursidé. Moi j’ai le cœur qui bat la chamade, Nayla, elle, est sortie de la charrette pour le contempler.

Céline

 

Retour au blog