X

Recherches fréquentes

Canada

Ici, les glaciers ont un esprit

06 juin 2020

 La pureté du lac Kathleen

Les glaciers sont des rivières de glace qui se déplacent lentement. Ils ne sont jamais immobiles. Même s'ils apparaissent sans mouvement, la glace est toujours dynamique, avançant ou reculant. Certains sont capables d'avancer de manière spectaculaire, jusqu'à 100 fois plus rapidement que la normale. Ils sont alors en crue. Il existe environ 4% des glaciers dans le monde qui sont en crue, pouvant parfois se déplacer sur plus d'un kilomètre en un mois. Ces glaciers en crue apparaissent principalement sur 6 endroits dans la planète, le parc national de Kluane est l'un d'entre eux, avec plus de 100 glaciers en crue actuellement.
Souvent le résultat est un changement massif dans le paysage, et sur la glace. Elle devient un enchevêtrement chaotique de crevasses et de séracs. Ces crues durent généralement de 1 à 2 ans puis le glacier passe par une période plus calme de 10 à 50 ans. L'histoire du glacier Lowell reste celui qui a le plus influencé la région. Ce glacier est gigantesque, à certains endroits, sa largeur fait de plus de 7 kilomètres. Le glacier Lowell a traversé la rivière Alsek au moins 5 fois butant contre la montagne opposée et bloquant la circulation de l'eau. Un barrage massif empêchait l'eau de rejoindre l'océan, faisant naître un gigantesque lac, le lac néoglacière d'Alsek. Celui-ci a autrefois recouvert toute la vallée jusqu'à la communauté d'Haines Junction, là où nous résidons. Le dernier lac s'est vidé en 1850, lorsque le barrage de glace a lâché. La rivière Alsek avait alors le débit du fleuve de l'Amazone. Depuis 1948, le glacier a connu 5 crues, de plus petites ampleurs qui n'ont pas bloqué la rivière, mais le risque d'une inondation rapide de la région reste réel.

Chaque aspect de la terre est vivant, selon les Tutchones du Sud

Les surges du glacier Lowell et ses inondations ont été contées et utilisées dans les légendes du peuple des Tutchones du Sud, un peuple des Premières Nations. Les scientifiques expliquent les crues par l’accumulation d'eau fondue à leur base, les résistances réduites permettent cet avancement spectaculaire. Pour les Tutchones du Sud, les glaciers entrent en crue lorsque la population est irrespectueuse. Les glaciers, tout comme les montagnes, la roche, les rivières, les plantes et les animaux sont des êtres vivants. Ils entendent, ressentent, et agissent. Les glaciers peuvent être bienveillants ou destructeurs. Ils exigent le respect et interagissent avec les humains. Lors d'une crue, la population se questionnait alors sur leur agissement: «Avons-nous enragé l'esprit du glacier?»
Lorsque le glacier Lowel a empêché les saumons du Pacifique de remonter la rivière Alsek pour pondre, ils ont nommé le glacier: «là où les poissons s'arrêtent.» Ils estiment aussi que les glaciers ne supportent pas les odeurs, ainsi tous savent qu'il ne faut pas faire frire de la graisse près d'un glacier.

Faire partie de ce tout animé et vivant

Ces légendes nous rappellent surtout notre relation aux paysages et à la terre. En considérant chaque aspect de la terre comme vivant et capable d'interagir avec nous, nous reprenons notre place dans le cycle de la vie. Nous pouvons ouvrir les portes d'une nouvelle forme de respect envers chaque parcelle de vie. La situation actuelle nous rappelle que nous faisons partie d'un tout, animé et vivant, qu'il est temps de respecter.

Céline

 

 

Retour au blog