X

Recherches fréquentes

Yukon Canada, mai - juin 2020

La pandémie a transformé le monde

13 juillet 2020

Une ouverture lente du confinement
et un coucher de soleil à 23 heures - Juin 2020

En juin, la situation au Yukon est beaucoup plus détendue. Il n’y a eu que 11 cas de personnes infectées par le Corona Virus et elles sont toutes rétablies. Cela fait maintenant 6 semaines que personne n’a développé de symptômes.

On pourrait penser que tout est de retour à la normale. Mais non, les territoires qui ont été les moins touchés sont aussi ceux qui sont restés très fermés et la peur de l’ouverture est réellement présente. Ici, le confinement n’était pas une recommandation, de nouvelles lois ont été instaurées dans le territoire en état d’urgence. Ainsi le Yukon est encore fermé à toute personne non résidente. Étant donné que nous étions déjà au Yukon avant l’arrivée de la pandémie, nous n’avons pas de problèmes pour y rester, mais lorsque nous quitterons le territoire, nous ne pourrons plus y revenir. À l’heure actuelle, il y a pourtant des discussions pour autoriser l’entrée des personnes résidentes de la province de la Colombie-Britannique.

Pourtant, malgré cette fermeture, il y a toujours du trafic. L’Alaska Highway, en partie financée par les États-Unis, traverse le Canada. Il y a donc un droit de passage de tout résident. Avec les gigantesques bases militaires de l’Alaska, de nombreuses personnes sont transférées vers cet état et passent ainsi à travers le Yukon.

Haines Junction se trouve sur l’Alaska Highway. Chaque jour, des voitures et caravanes aux plaques américaines entrent dans la communauté. Ils ont 24 heures pour traverser le territoire. Pourtant, chaque fois qu’ils prennent de l’essence ou font un stop dans la communauté, nous pouvons sentir les regards et cette peur diffuse qui émanent. «Et s’ils étaient porteurs du virus?»

La pandémie du Covid a ainsi réellement transformé le monde, même dans les petites communautés du Nord canadien. La peur est toujours présente, comme si tout pouvait basculer en quelques secondes.

Le déconfinement s’ouvre lentement, certaines personnes sont très détendues, d’autres moins. C’est très agréable d’être au Yukon et de pouvoir profiter à la fois des vastes espaces, mais aussi de moments de partage. Il est pourtant nécessaire de s’adapter aux limites de chacun dans ce qui leur semble adéquat ou non. Encore aujourd’hui, Nayla n’a pas pu entrer aux toilettes chez une de ses amies. Pour les filles, c’est ce qui est le plus dur à comprendre. Ces différences de comportements entre chaque personne, les mettant par moment dans de grandes incompréhensions.

Céline

 

Retour au blog