X

Recherches fréquentes

Canada

Le chant de la glace

20 juin 2020

Nous traversons les lacs gelés en ski

Ce matin il fait -25 °C. Nous rejoignons le lac Sulfur, un lac au cœur de la forêt boréale et entouré de montagnes rondes. Gelé et recouvert de neige, Nayla met ses skis de fond et commence la traversée. Pas une minute à perdre, à cette température, il faut constamment être en mouvement. Fibie a déjà froid malgré ses multiples couches. Nous la glissons dans la charrette avec un sac de couchage et une bouteille d’eau chaude. Nayla brave le souffle du vent, mais la morsure du froid est intense surtout sur le visage pourtant complètement protégé. Le vent s’intensifie et fait soulever la neige. Nayla commence à pleurer. Vite, nous l’installons dans la charrette et poursuivons notre traversée.

«Maman, c’est quoi c’est bruit!» crie soudain Nayla.

La glace est en train de chanter. Elle compose un son puissant d’un autre monde, qui prend aux tripes. Avec le froid, la glace augmente de volume et crée des tensions de plus en plus grandes, jusqu’au craquement.

 Le paysage paisible du lac Sulfur

Une vague de peur me traverse, une sensation qui vient du plus profond de moi. Mon instinct de survie s’active. Et pourtant, autant la peur que la fascination sont présentes. Ses sons sont absolument incroyables, de puissantes vibrations semblables au chant des baleines.

La magie de la glace

Ces chants sont par moment si fort qu’ils résonnent dans tout le lieu, parfois ils sont à peine perceptibles. Alors que les craquements se poursuivent, bruyamment. Irréelle cette mystérieuse mélodie de la terre est inspirante, comme si un esprit profondément endormi se réveillait, comme si un gigantesque géant approchait.
Lorsque nous arrivons sur la berge opposée, nous nous dépêchons de faire un feu. Lentement, un peu de chaleur commence à nous réchauffer. Quelques minutes plus tard, les filles jouent au bord des flammes. Nous explorons les alentours, cherchons des empreintes, découvrons de nouveaux jeux et pourtant notre esprit est toujours attiré vers le lac. La glace poursuit son somptueux concerto.

Céline

Fibie se réchauffe près du feu

 

Retour au blog