Le vent, notre premier adversaire | Coopération
X

Recherches fréquentes

Alberta - Canada, Juillet 2020

Le vent, notre premier adversaire

24 septembre 2020

Le souffle du vent se lève, subitement. Il est brutal! Le tonnerre gronde et les éclairs illuminent le ciel. Tout était paisible il y a une dizaine de minutes. Les lumières du soir illuminaient alors le petit lac où des pélicans glissaient sur l’eau lors de leur atterrissage. Nous venons de monter la tente. Une femme nous avait prévenus, les prévisions météorologiques annoncent des vents forts, qui peuvent se transformer en ouragan. Nous regardons le ciel noir, inquiets des orages et du vent, inquiets de cette prévision qui pourrait nous arriver de plein fouet. À chaque région ses difficultés, à chaque région nos inquiétudes. Ici, le vent sera probablement notre plus grand adversaire. Il pourra être notre plus grand ami comme notre plus grand ennemi. Sur ces vastes terres sans arbre et sans protection, nous serons à sa merci.

Nous regardons le ciel changer drastiquement
de couleur. Juillet 2020

Pourtant, l’appel des prairies était le plus fort. D’autres chemins auraient été possibles, mais intuitivement c’est la bonne voie. Confiants, nous avons repris la route. Cette fois, nous changeons de configuration. Les filles ont grandi et Fibie a maintenant son propre vélo. Nayla roule principalement sur sa bicyclette, parfois tirée par Xavier avec une élastique. Cela permet de l’accompagner pour les montées, ou lorsqu’elle est fatiguée, mais aussi pour l’aider à garder un rythme régulier. Elle pourra aussi rouler avec le système tandem ou quelques fois se reposer dans la charrette. Fibie sera sur son vélo avec le système tandem attaché à mon vélo ou dans la charrette derrière Xavier. Nous avons dû trouver un système pour attacher le vélo à Fibie lorsque Nayla est sur le tandem. Il est donc suspendu derrière la charrette. La longueur du convoi à Xavier est alors impressionnante. Ces diverses options nous réjouissent. Elles sont le témoin de l’enthousiasme des filles à être nomades. Elles sont aussi la joie de les voir grandir et apprendre.

Nayla a parfois besoin d’un petit coup de
pouce, elles roule alors derrière la charrette. Juillet 2020

Nous entrons dans la tente, le vent hurlant et battant la toile. Fibie et Nayla commencent à être inquiètes. Nous les rassurons et regardons le ciel qui s’éteint sous les nuages noirs. Pourtant, à chaque éclair, les filles s’exclament, excitées de voir ces flashs lumineux relier ciel et terre. Soudain, le vent se calme aussi rapidement qu’il s’est levé. Et laisse place à un calme serein. La tempête est passée. Le ciel s’illumine de couleurs orangées et le soleil réapparaît sous les nuages pour se coucher somptueusement derrière la ligne d’horizon.

Céline

 

Fibie est fière de son nouveau Prevelo. Juillet 2020