Les cabanes du Yukon | Coopération
X

Recherches fréquentes

Yukon Canada, Juin 2020

Les cabanes du Yukon

10 août 2020

  Ancienne cabane de la ruée vers l’or. Juin 2020

Les cabanes représentent un des symboles du Yukon. Dans le Nord, dans ses vastes espaces sauvages, il n’y a pas de demi-mesure. Dès que l’on quitte la communauté, il n’y a que la puissance de la nature. Toutes les activités extérieures et de plein air sont un véritable plongeon dans cette réalité. L’isolation parfois extrême, les conditions climatiques et la présence des animaux sauvages composent à la fois son austérité, et à la fois sa beauté et sa magie. La force et l’autonomie nécessaires à l’explorer soulignent aussi la relation privilégiée à cette nature brute, indomptée. Ici au Yukon, la séparation entre le monde naturel et celui de l’homme est infime. Ils s’imbriquent l’un à l’autre. Et par moment, l’homme n’a que le choix de l’humilité et du respect, menant certainement à plus d’harmonie et une vision moins duelle.

Ambiance du passé. Juin 2020

Les cabanes ont été construites souvent en bois et à la main. Elles étaient utilisées comme de simples abris et protections contre la dureté de l’environnement et le sont encore aujourd’hui pour certaines d’entre elles. Elles représentent à la fois le lien à l’histoire du Yukon tant avec des cabanes de mineurs et de trappeurs qui ont été abandonnées, qu’une tradition vivante d’une manière de construire profondément liée à un fort besoin d’autonomie et d’indépendance.

Cabane moderne dans la forêt boréale. Juin 2020

Lorsqu’elles sont placées dans des lieux vraiment reculés, elles ont été construites avec des matériaux simples et font principalement office de protection. Traditionnellement, elles étaient destinées à la chasse, le piégeage des animaux, et l’exploitation minière. D’autres sont maintenant construites pour les activités de plein air et comme maison secondaire. Mais de plus en plus de cabanes se construisent pour y vivre à l’année.

Raquette et bois d’orignal accrochés
à l’entrée d’une cabane de trappeur. Juin 2020

Vivre dans une cabane attire par sa vision romantique, celle d’être en union avec la nature et de vivre en son sein. Pourtant, il faut plus qu’une vision romantique pour pouvoir réellement en faire un mode de vie. Les personnes qui ont fait ce choix sont souvent empreintes d’une forte personnalité, mais aussi d’une réelle volonté d’être de véritables acteurs de leur vision du monde. Construire une cabane devient ainsi plus qu’une volonté d’être plus proche de la nature, mais aussi de donner sens à sa vie, de refaire les choses par soi-même, de vivre dans un monde où l’écologie passe en premier plan, et de vivre dans une certaine sobriété. La majorité de ses cabanes sont situées hors réseaux. L’électricité provient alors des panneaux solaires. Le chauffage se fait avec le bois localement abattu. Il n’y a pas d’eau courante, mais elle doit être acheminée quotidiennement et les toilettes sont à l’extérieur. Mais il y a une réelle volonté de refaire les choses par soi-même de la construction de la cabane en elle-même à chaque aspect de la vie au quotidien.

Les cabanes sont ainsi un visage du Yukon, qu’elles soient un abri basique ou une source d’inspiration.

Céline

 

Retour au blog