Les orages des prairies | Coopération
X

Recherches fréquentes

Alberta - Canada, Juillet 2020

Les orages des prairies

10 octobre 2020

 

Les paysages défilent. Cette fois, nous longeons une ancienne voie de chemin de fer. Chaque arrêt forme de petites villes au nom d’une des filles du responsable de la gare. Il y avait Patricia, Dorothy, Jenner. Aujourd’hui, ce ne sont plus que de petits villages et nous rions du prochain au nom de Buffalo.

Le ciel change rapidement et le vent se lève brutalement.

Juillet 2020

Ce soir, nous arrivons à Iddesleigh, juste quelques habitations au centre des prairies qui hume l’odeur de foin. Les couleurs sont spectaculaires avec une belle luminosité et des nuages noirs qui approchent en arrière-plan. Nous plantons la tente dans la petite communauté après avoir demandé l’autorisation. Soudain, le vent se lève brutalement. Les nuages noirs avancent rapidement et recouvrent le ciel. Le tonnerre gronde. Un gigantesque orage se prépare. Quelques gouttes annoncent le déluge alors que les éclairs zèbrent le ciel. Nous entrons dans notre tente, avec un brin d’appréhension. L’orage semble être puissant. Le vent redouble de force et claque la toile de tente. Maintenant, il fait sombre. Nous avons la sensation que les ténèbres nous ont rejoints. Sensation étrange de peur et d’impuissance. Seule une fine toile nous sépare de la puissance de la foudre. Notre silence illustre la tension intérieure qui monte en nous. L’orage augmente encore en puissance, en force, et en intensité. Pourtant, il nous fait rester calme et rassurer les filles. Nous jouons un jeu de cartes, toujours à l’écoute de ce qui est en train de se passer à l’extérieur. Puis lentement, l’orage se déplace. Le nombre de secondes entre les éclairs et le tonnerre, qui semble déchirer l’horizon, augmentent. Nous sommes en sécurité.

Les nuages prennent des formes étranges, pour le plus grand bonheur de notre imaginaire.
Juillet 2020

Le lendemain, nous ouvrons la tente avec des centaines de moustiques à l’intérieur. Les éclairs ne sont pas les uniques difficultés des prairies, les moustiques se révèlent être par moment un véritable enfer. Et pourtant, ce n’est que le début.

Xavier

 

 

Retour au blog