X

Recherches fréquentes

Alaska

Pollution de l'air en Alaska

17 janvier 2020

Malgré la douceur qui nous entoure, Fairbanks est dans une situation délicate. Il fait plus de 30 °C un record. Ce qui pourrait être vécu comme la délicatesse de vivre des températures estivales dans le Grand Nord est en fait un grand drame. Et cela pour plusieurs raisons, tout d’abord, l’Alaska connaît des étés de plus en plus chaud, ce qui a deux incidences non négligables. La première concerne les feux de forêt. De plus en plus de feux se déclarent sur le territoire. Gigantesques, ils peuvent brûler des centaines d'hectares. D’ailleurs, un feu vient de se déclarer à l’ouest de Fairbanks et la fumée étouffe la ville. Aujourd’hui, nous voyons les cendres volés et la visibilité est restreinte à une trentaine de mètres. Le taux de pollution de l’air est monté au-dessus 200, alors que nous sommes au cœur des grands espaces sauvages du Nord. Même l’air a l’odeur de fumée.

Et puis Fairbanks est construit sur le pergélisol, cette couche de terre, de sédiments et de roche qui reste gelée continuellement. Or avec les températures de plus en plus élevées, il commence à fondre et le sol bouge. Fairbanks est un gigantesque marais gelé, si le sol se réchauffe, les implications seraient catastrophiques. Au niveau de la planète, c’est encore pire. Aujourd’hui, le pergélisol représente environ un quart de l’hémisphère nord. Or les chercheurs de l’université de Fairbanks ont découvert que le pergélisol commence à fondre même dans les îles Arctiques. Ils s’inquiètent ainsi de l’accélération du réchauffement climatique avec la fonte du pergélisol, parce qu’en fondant, il libère une grande quantité de gaz à effet de serre.

Xavier

 

Retour au blog