X

Recherches fréquentes

Alaska

Retour à la dualité

03 janvier 2020

 Retour à la "civilisation", sur la Park Highway

De retour sur la route principale de Park Highway, nous nous sentons un peu désorientés. Cette immersion sur la piste de Denali nous avait coupé du monde. Nous étions seuls face à la pureté de la nature. Là, nous retrouvons les gigantesques camping-cars, à l’américaine. Réellement, ils sont énormes. Ce sont des appartements 2-3 pièces mobiles, avec bien sûr le bateau, les motos, les quads remorqués à l’arrière. Je ne pensais pas que c’était possible. Le plus incroyable pour nous est que la majorité d’entre eux ne profitent même pas de leur autonomie pour rester dans des lieux isolés et sauvages. Non, ils rejoignent le premier camping, pour la facilité, pour l’électricité. Les seuls que nous avons vu arrêter au bord d’un lac face à des paysages extraordinaires ne sont même pas sortis du véhicule. Ils observent le panorama à travers la vitre en buvant un café. Ils n’ont pas besoin de sortir, même pas d’aller aux toilettes, alors ils restent à l’intérieur. Bien sûr, ils ne subissent pas la chaleur, la pluie, le froid et les moustiques. J’oubliais, il faut tout de même sortir le chien, quelques minutes seulement et hop à l’intérieur!

Gigantesque camping car américain

Le retour sur l’axe principal nous réjouit tout de même. Nous allons pouvoir faire des provisions, parce que nos sacoches de nourriture sont complètement vides. Arrivés à Cantwell, nous entrons dans la seule petite épicerie de la station essence. Nous sommes dépités. 80 % des articles sont des glaces, chips, biscuits sinon il y a des boîtes de conserve et du pain toast à 8 dollars ou éventuellement une salade à 6 dollars. Nous sommes à encore à 120 km du prochain vrai supermarché, enfin celui qui devrait contenir des produits frais.

 Nous roulons en direction du nord

Ainsi nous sommes poussés à rouler, toujours plus loin. Nous espérons rejoindre un camping et l’idée d’une douche chaude nous ravive. «Pas d’attente» c’est notre règle d’or. Effectivement, lorsque nous arrivons au là-bas, nous oublions rapidement nos douches chaudes. Tout est construit pour les caravanes, il n’y a que quelques places pour les tentes, généralement coincées au fond du parc, sur des terrains qui ne sont pas plats, dans la forêt avec les moustiques, au même prix. Finalement, nous préférons planter notre tente avec les ours.

Céline

 

Retour au blog