Un itinéraire se dessine | Coopération
X

Recherches fréquentes

Alberta - Canada, Juillet 2020

Un itinéraire se dessine

03 octobre 2020

 

Un grand camping-car fait demi-tour à notre hauteur.
« Hello! Vous êtes Céline et Xavier? » nous questionne l’homme qui se tient face à nous.

Nayla photographie le paysage tout en faisant du vélo derrière Céline. Juillet 2020

 

Denise sort du camping-car, surexcitée. La famille nous avait dépassés, il y a quelques kilomètres. Ils ont hésité à revenir en arrière, mais ont finalement décidé que cette rencontre était un signe pour eux. Découvrant l’entretien que nous avions réalisé pour la CBC à Calgary l’automne dernier, ils connaissaient déjà une partie de notre histoire et surtout nos noms. Ils sortent alors les chaises de camping au milieu de nulle part, nous offrent des glaces et des boissons fraîches et pétillantes, Denise, Gérald et leur enfant sont ainsi devenus la « famille glace » pour les filles. Ils nous invitent à Bruno à une centaine de kilomètres à l’est de Saskatoon! Nous qui n’avions pas encore de route définie, nous décidons que cette fabuleuse rencontre nous amènera à Bruno! Ou du moins, nous choisissons de passer par la route du nord de la province du Saskatchewan. C’est ainsi que notre itinéraire se crée.

La famille de Denise et Gérald nous arrête au bord de la route pour nous offrir des glaces. Juillet 2020

 

Un jour plus tard, nous rencontrons Greg propriétaire d’un magasin de vélo à Saskatoon! Cette fois, c’est sûr! nous passerons dans cette région. C’est comme un appel à suivre cette voie. Nous qui n’avions aucune idée de notre itinéraire, voilà que le chemin se dessine.

Nous poursuivons ainsi dans les paysages parfois composés de vastes champs de blé ou de colza, parfois de pâturage où paissent des troupeaux de bovins. Surtout, nous rencontrons des centaines de chiens de prairie. Incroyables animaux, nous les trouvons joviaux! Ils rendent notre route amusante de leurs cris d’alerte, leurs mimiques et leur rapidité à se cacher dans leur terrier. Ces animaux sont considérés comme une des espèces clés dans l’écosystème. Grâce à leurs diverses activités, ils aident au moins 136 espèces, que ce soit en tant que proie, mais aussi grâce à leurs tunnels qui sont utilisés par de nombreux animaux, dont les Chevêches des terriers. Cette chouette menacée d’extinction vit dans les trous creusés par les chiens des prairies.

Champ de colza en fleur. Juillet 2020

 

Les chiens de prairie possèdent aussi un langage incroyablement développé. Ils peuvent communiquer en rampant, en agitant leur queue, en reniflant ou en poussant des cris stridents. Cela leur permet non seulement d’annoncer un danger, mais aussi de donner la position d’un prédateur ainsi que de nombreux détails, dont la couleur, la grandeur et le nombre. Ils possèdent donc un véritable système de surveillance. Leur tunnel compose des maisons souterraines avec des chambres pour les bébés, des quartiers pour dormir et même des toilettes. Et leur saison des amours dure à peine une heure. Malgré les dizaines que nous croisons chaque jour, Nayla et Fibie s’exclament encore chaque fois qu’un deux pointe le bout de son nez.

Nous croisons des centaines de chiens de prairie sur notre route. Juillet 2020

Céline

 

Retour au blog