X

Recherches fréquentes

Alaska

White Pass

21 février 2020

En route pour le White pass

Nous montons lentement, dans un faux plat à peine perceptible à l’œil mais bien réel pour nos corps. Le puissant vent qui nous contre augmente encore la résistance, nous avançons lentement. L’effort est présent, constant, pourtant il ne nous affecte pas. Là tout autour de nous se dévoilent des paysages d’une beauté pure. Nous sommes au-dessus de la limite des arbres, tout est ouvert. Les hautes montagnes se déploient jusqu’aux neiges éternelles et aux glaciers suspendus. Des roches tapissent le sol et composent un terrain de jeux parfait pour les filles. Elles créent aussi de nombreux petits lacs. Alors que nous longeons à notre gauche le lac Summit peint d’une couleur verte turquoise opaque, les petits lacs sur notre droite sont sombres, presque noirs. Ces contrastes de couleurs forment un paysage stupéfiant, presque irréel. Le soleil qui illumine ce lieu spectaculaire est un vrai cadeau. Ici au White Pass, les nuages provenant de l’océan restent souvent bloqués, réduisant la visibilité à un minimum. C’est pour cette raison qu’il porte son nom. Lorsqu’en hiver tout est blanc, il n’y a plus aucun point de repère. Nous sommes émerveillés et empreints d’une grande gratitude, ce lieu est juste majestueux.

Nous longeons de petits lacs à l'eau turquoise

Cette magie, le temps parfait, nous pousse à rouler plus loin. Pourtant l’envie de planter notre tente dans ce cadre est tentante. Nous décidons finalement de poursuivre, de passer le col et d’entamer la descente qui nous emporte jusqu’à Skagway. La descente est vertigineuse, c’est tellement raide, qu’on oblige Nayla a attaché son vélo sur le système tandem, malgré son désaccord. Pourtant, elle se rend vite compte que c’était une excellente idée. Les freins serrés, nous descendons tout lentement, alors que de somptueuses chutes d’eau dévalent les parois. La dernière, la plus grosse, nous asperge de milliers de gouttes pour le plus grand plaisir des filles! Cette fois nous apercevons l’océan. Nous plongeons dans de gigantesques fjords de Lynn Canal où les montagnes s’élèvent à la verticale! C’est majestueux! Pourtant, voilà que se dessinent les bateaux de croisière. Largement plus hauts que les plus grands bâtiments de cette petite ville de 800 habitants, ils détonnent dans le paysage. Des vastes espaces sauvages, nous pénétrons dans un fourmillement de touristes.

Céline

Route du col, avant l'Alaska

Retour au blog