Expérimenter avec tous nos sens, c'est ce qui nous rend vivants | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Hiver 2021

Expérimenter avec tous nos sens, c'est ce qui nous rend vivants

21 mars 2021

Fibie sur ses skis

De plus en plus d’écoles alternatives se mettent en place, souvent des écoles démocratiques libres, parfois des écoles en pleine nature. De plus en plus de parents choisissent, pour une raison ou une autre, de faire l’école à la maison. Nous sommes en contact avec de nombreux acteurs qui ont une autre manière de concevoir l’éducation. Récemment encore, Thierry Pardo, chercheur et défenseur de l’éducation sans école, souligne dans un message que notre vie de nomade est très inspirante, notamment pour lui. Son livre « Les savoirs vagabonds » parle justement de l’apprentissage nomade. Sur la quatrième de couverture est inscrit « (...) il décrit comment les paysages naturels et humains lui ont appris bien plus que n’importe quelle institution scolaire. Le mystère des forêts, le tumulte des villes, le silence des déserts, l’ivresse des montagnes, la profondeur des mers... Tous les éléments sont convoqués pour incarner ce pouvoir de transformation que le voyageur recherche. » Nous n’avons pas choisi l’école à la tente, c’est elle qui nous a choisis, tout comme notre vie est devenue nomade. Nous ne nous positionnons pas pour ou contre une manière d’éduquer, nous sommes simplement les témoins de nos expériences. Après avoir fait le choix d’expérimenter dans chacune de nos cellules ce que signifie plonger dans le monde, nous sentons à quel point la connaissance vient de l’expérience. Certes, l’information est omniprésente, surtout à l’heure de la technologie numérique. Tout le savoir est disponible autour de nous, pourtant ce n’est que de l’information.

Leçon de géométrie

Pourquoi considère-t-on qu’un enfant apprend uniquement durant les heures d’écoles? Les apprentissages se font non seulement à chaque instant, mais plus encore ils ne s’arrêtent jamais. Ils sont liés à chaque moment de l’existence. Ainsi tout est une excuse pour apprendre, mais surtout pour apprendre à apprendre. Cela nous permet de découvrir comment nous fonctionnons, ce qui nous passionne, ce qui nous est utile, pour finalement donner du sens à notre vie. Si nous savons comment apprendre alors nous avons la confiance de pouvoir apprendre tout ce qui est nécessaire pour pouvoir réaliser notre chemin de vie. Ainsi l’éducation ne peut avoir de sens que si elle est connectée à la vie.

Nayla contemple le coucher du soleil

Apprendre c’est un moteur qui nous nourrit et chaque enfant est né avec ce besoin inné d’exploration, de découverte et d’apprentissage. Ne serait-ce que celui de marcher ou de parler. Comment pouvons-nous alors décider qu’à un certain âge, l’enfant n’est plus capable d’apprendre? Bien sûr, l’enfant a besoin d’être accompagné. Il a besoin d’une présence bienveillante qui le guide par moment. Nayla et Fibie ont récemment appris une chanson en chinois. Elles dansent souvent en improvisation ou apprennent des chorégraphies. Fibie, en 6 mois et à trois ans, a appris à faire du vélo seule, nager, patiner et skier. Nayla lit en français et en anglais. Nous prenons le temps de nous poser pour apprendre sur un thème choisi par elle. Nous passons ainsi de la Grande Muraille de Chine et la calligraphie chinoise à la biologie sur les cellules du corps humain et l’ADN. Et en suivant ses envies, elle acquiert des compétences. Surtout, nous sommes à l’écoute de leurs impulsions et prenons le temps de répondre à chacune de leurs questions. Elles développent leur créativité et leur autonomie, mais surtout elles apprennent par leurs 5 sens. Elles font l’école de la vie. Elles comprennent des concepts complexes comme le bouddhisme ou le shintoïsme parce qu’elles en ont fait l’expérience. Elles comprennent que chaque culture apporte une nouvelle manière de voir le monde. Elles savent ce que signifie vivre dans un désert ou en haute altitude. Et surtout, la nature est leur plus grande enseignante. Elles vivent pleinement la notion d’interconnectivité. Elles embrassent les arbres et les remercient lorsqu’elles utilisent une branche. Elles remercient la rivière pour l’eau qui nous permet de vivre, ou le vent qui nous pousse lorsqu’elles pédalent. Elles apprennent à suivre leur intuition et à être à l’écoute de leur voix intérieure, puisque c’est aussi elle qui nous guide constamment dans notre vie de nomade. Ainsi la médiation et la pleine conscience prennent tout leur sens dans cette vie au coeur des éléments.

Une pause durant l’apprentissage dans la nature

Surtout, nous apprenons continuellement ensemble. Nous sommes à l’écoute de nos enfants dans les besoins qu’elles expriment et dans les émotions qu’elles vivent, et leur faisons don de notre confiance.

Céline

Retour au blog