Hockey sur le lac gelé | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Hiver 2021

Hockey sur le lac gelé

02 avril 2021

Nous retrouvons des amis pour jouer au hockey.

Nous sommes au pays du hockey, et plus encore ici dans la province de Québec où la majorité des enfants jouent un moment ou un autre dans un club de hockey. Le premier match de hockey qui sera les fondements de ce jeu collectif, considéré comme le plus rapide au monde, a lieu à Montréal dans l’arène Victoria en 1875. C’est la première fois qu’une rondelle est utilisée. Quelques années plus tard, en 1883, l’association des athlètes de Montréal organise un tournoi durant le Carnaval d’hiver de Montréal, le hockey est alors connu sur la scène internationale. Presque au même moment, le hockey féminin débute et suit un fort engouement. Pourtant, cet enthousiasme est coupé net, et entre 1936 et 1960 aucune compétition féminine n’aura lieu au niveau national.

Nous traçons notre patinoire en forme de coeur.

Quelques patinoires ont été déblayées sur le lac pour pratiquer ce sport favori. Nos voisins jouaient pendant les vacances scolaires jusqu’à tard dans la nuit. Ils avaient même ajouté de l’eau pour rendre la glace plus lisse. Ils ont passé des heures à entretenir leur patinoire. Nous aussi, nous avons nos patinoires. Une à notre porte et une seconde que nous avons créée en forme de coeur. Nous faisons alors du patinage artistique ou du hockey.

Nayla et Xavier joue au sport national canadien sur le lac gelé

Nous venons d’apprendre la nouvelle d’un relâchement des mesures de confinement dans notre région. Nous avons cette fois l’autorisation d’un rassemblement de 8 personnes à l’extérieur. Marie-Ève nous avait contactés depuis notre arrivée. Médecin, elle est professeur dans l’unité d’enseignement de l’intervention en plein air et nous a sollicités pour donner une conférence dans son université. Cet après-midi, nous nous retrouvons tous ensemble pour jouer au hockey avec André et ses deux enfants, Evelyne et Benjamin. Nayla est ravie de jouer au hockey. Son équipe les Huskies de Haines Junction lui manque. Et pour elle, c’est aussi un soulagement de retrouver des enfants pour jouer. Elle a vraiment ressenti l’isolement des dernières semaines, surtout l’absence de contact avec d’enfants. C’est donc avec enthousiasme que nous déblayons la neige pour créer une patinoire et y plaçons des buts. Le jeu débute avec passion. Evelyne et Benjamin, de respectivement 9 et 11 ans, jouent rapidement sur la glace. Ils ont aussi fait partie d’un club de hockey. Les rires résonnent au loin. Puis c’est au tour du jeu du loup, à essayer de s’attraper ou de sauver son coéquipier en glissant sous ses jambes. Ici, c’est le jeu de l’ours, en Suisse le jeu du loup, en Chine le jeu du tigre. Le même jeu, mais au nom différent, cela nous fascine. Pourtant, au Yukon, on ne jouait jamais au jeu de l’ours, cela aurait été un peu sinistre. J’ai la sensation que les noms de ces animaux doivent faire partie de l’environnement, mais qu’ils ne peuvent en même temps pas poser pas un danger réel quotidien. Toujours est-il qu’une tempête de vent stoppe les divertissements. Nous faisons alors un petit feu pour y cuire des baniks, les pains des peuples autochtones d’Amérique du Nord. Ces pains du voyageur sont faits sans levain et sont cuits en petite boule dans le feu.

Les parties se jouent jusque’à la tombée de la nuit.

 

Céline

Retour au blog