L'histoire façonne la réalité sociale | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Hiver 2021

L'histoire façonne la réalité sociale

09 avril 2021

Pain au levain

La vie sédentaire nous permet d’avoir accès à un four. C’est merveilleux pour nous! En voyage, nous avions fait des biscuits à l’avoine fêter la première année de Nayla en Chine, et au Kazakhstan nous avions fait un pain dans la marmite à pression que nous transportons. Si le procédé fonctionne bien, c’est plutôt le problème de la quantité de fuel nécessaire. Faire cuire un pain durant une heure nécessite une grande quantité d’essence et donc la capacité de pouvoir refaire le plein. Nous avons donc vite laissé tomber cette idée. Nous sommes ainsi tout contents de faire du pain frais en plus grâce au levain, qui nous a été généreusement donné par la boulangère du village. Nous préparons aussi des bocaux de chou lactofermenté à la façon coréenne, du kimchi. Très épicé avec du gingembre, du piment et de l’ail, c’est non seulement délicieux et en plus très sain. Nous avons aussi reçu un champignon de kombucha, et nous faisons notre propre boisson fermentée. Depuis notre départ sur le projet des Grands Espaces du Nord, je souhaitais faire germer des graines sur les vélos. Cette année, j’ai finalement concrétisé cette idée en faisant germer mes graines en voyage dans les prairies. Ainsi, nous continuons de manger des graines germées quotidiennement. Nayla et Fibie ont décidé depuis quelques mois de devenir végétariennes, elles ne supportent plus l’idée de manger des animaux, ainsi nous sommes tous devenus végétariens, même si nous l’étions déjà pratiquement, vu l’impossibilité de transporter la viande sur les vélos. Nous sommes alors surpris de l’étonnement des Québécois lorsque nous parlons de tous les produits que nous confectionnons nous-mêmes, y compris les crèmes pour le visage et les baumes.

Kombucha, notre boisson fermentée

Jean-François nous explique alors que c’est certainement en lien avec l’histoire du Québec. La période entre 1945 et 1960 est considérée comme la « Grande Noirceur ». Elle décrit l’emprise de l’Église catholique sur la société, omniprésente dans l’éducation et dans la santé. C’était une réelle institution sociale avec une influence considérable. Ainsi, toute transgression n’était pas uniquement une atteinte à la morale chrétienne, mais aussi à la norme sociétale. C’est ainsi que l’Église poussait la population à l’enfantement et les familles étaient alors composées de 14 enfants. La génération suivante a eu accès à l’industrialisation alimentaire et cette nourriture était le synonyme de réussite, de succès professionnels, et de liberté, souhaitant s’affranchir de tout ce que leurs parents avaient subit pour pouvoir survivre sur les terres du Québec. Maintenant, il commence à y avoir un retour à une volonté de cultiver, conserver et confectionner ses propres aliments en lien à la santé et dans une vision écologique et sans déchets.

Kimchi Coréan

Jean-François nous rappelle aussi que les villages ont toujours été construits en lien à l’industrialisation du lieu. Alors un village n’existe pas pour lui même en Amérique du Nord, il est toujours en lien avec le développement d’une industrie ou d’une compagnie. Cela transforme ainsi la symbolique de cette entité autant que les liens entre les habitants. La connexion au lieu est aussi complètement modifiée puisqu’elle n’est pas nécessairement synonyme de racine.

Céline

Retour au blog