Le chant de la pluie | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Printemps 2021

Le chant de la pluie

21 mai 2021

Nayla et Fibie ont tout de suite voulu jouer dans l'eau

Pour la première fois depuis des mois, nous entendons le doux murmure de la pluie. Cette légère mélodie est apaisante et nous sommes surpris de réaliser qu’elle nous a manqué. Nayla et Fibie ont tout de suite voulu jouer dehors. Elles ont eu à peine le temps de s’habiller. Elles voulaient courir sous la pluie, jouer dans les flaques d’eau, sauter dans la boue. Elles se sont roulées dans le sable et ont construit des châteaux. Cela fait si longtemps que le sol était gelé. Dans cet élan d’enthousiasme et de spontanéité, elles en ont oublié le temps, celui compté par le sablier, la pluie qui les mouillait, le vent qui balayait leur visage. Elles ont joué jusqu’à ce que leur corps refuse, que leurs petits doigts soient si froids qu’ils les obligent à rentrer. Les bottes étaient remplies d’eau, les habits détrempés et sales. Leur visage illuminé. En plus, cette fois elles ont un bain chaud. Elles n’ont pas eu à réchauffer leur corps de l’intérieur, comme elles en ont l’habitude sous tente.

Cette pluie semble annoncer un printemps relativement doux. Surtout que cette année la quantité de neige était inférieure à la normale. Beaucoup ont mentionné qu’ils n’avaient jamais vu un hiver aussi sec. Et la tradition de la marmotte le confirme. Le 2 février est célébré en Amérique du Nord comme le jour de la marmotte. Elle est en lien avec la Chandeleur, une des grandes célébrations liturgiques de l’Église Orthodoxe. Cette légende s’est lentement transformée en un festival. Ce jour-là, une marmotte est observée. Si elle se réveille et voit son ombre, l’hiver sera rude et durera pendant encore des semaines supplémentaires. Si le temps est nuageux et qu’elle ne voit pas son ombre, l’hiver sera court. Plusieurs marmottes sont devenues célèbres comme Phil en Pennsylvanie, Willie en Ontario, Sam en Nouvelle-Écosse et Fred au Québec.

Une dernière sortie en patin sur la glace

Les températures négatives qui se sont installées 2 jours plus tard ont créé une superbe surface lisse. Le lac gelé est à nouveau une gigantesque patinoire sur laquelle nous profitons de glisser. Nayla et Fibie sont ravies de remettre leurs patins et de jouer sur cette vaste étendue. Les rires résonnent au loin. C’est le spectacle du soleil couchant qui apportera le silence de l’émerveillement. Les couleurs des nuages sont fantastiques, pastels, par endroit sombres, rosées, puis flamboyantes. À la dernière lueur, Fibie et Nayla applaudissent dans un cri de joie pour remercier le soleil.

Céline

Retour au blog