Montréal | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Octobre 2020

Montréal

18 janvier 2021

Vue sur la ville de Montréal

Nous longeons les pistes cyclables qui nous permettent d’arriver au coeur de Montréal, sur cette île à la confluence entre la rivière des Outaouais et le fleuve du Saint-Laurent. Montréal et sa métropole sont un centre de 4 millions d’habitants. Symbole de la politique d’immigration du Canada, la communauté de Montréal est multiculturelle. D’ailleurs, elle est considérée comme la capitale du trilinguisme au Canada, avec plus de 20% de la population qui est trilingue et plus de 40% pour la population issue de l’immigration. Nous y rencontrons d’ailleurs Fleur, Marc et leurs enfants Fantine et Adrien. Nayla et Fantine avaient joué ensemble lors de notre premier passage à Taiwan. Elles avaient alors tout juste un an. Nous étions devenus amis et nous nous sommes revus plusieurs fois à Taiwan. C’est donc un réel plaisir de les retrouver ici. Immigrés au Canada, ils vivent maintenant à Montréal. Fantine et Adrien parlent ainsi le français, l’anglais et le mandarin.

Après 6 ans, Fantine et Nayla se retrouvent. Adrien et Fibie se joignent au groupe.

Nous les rejoignons dans un parc, au pied du stade, un des emblèmes de la ville. Covid oblige. Notre arrivée à Montréal n’est en effet pas des plus glorieuses. La pandémie s’accentue et la ville devient une zone rouge lors de notre séjour. Le gouvernement instaure ainsi des règles plus strictes. La famille de Marc et Fleur seront alors les seules personnes que nous pourrons retrouver.

Nous réalisons alors notre chance. Il est aujourd’hui interdit d’accueillir qui que ce soit à l’intérieur. Heureusement, Anne-Marie et André, rencontré à Saint-Donat, nous prêtent leur maison à Montréal alors qu’ils vivent dans leur chalet. Il aurait été difficile de camper en plein centre de cette métropole, surtout que nous devons patienter quelques jours pour aller chercher de nouveau passeport pour Nayla et Fibie au consulat suisse. Ils arrivent à échéance. Et pourtant! Lorsque nous traversons la ville pour nous rendre au consulat, nous serons surpris de découvrir de nombreuses tentes en plein centre-ville, juste en dessous des gratte-ciel. C’est ici que de nombreux sans-abri vivent, certains ont perdu leur emploi, d’autres ont perdu leur logement suite à la pandémie. Ces campements de fortune apparaissent après que nous ayons longé la rive du fleuve Saint-Laurent et ses nombreuses industries. Nous étions alors dans la poussière dépassés par de nombreux camions. Cette entrée dans le centre-ville n’est certainement pas celle que nous attendions.....

Nous montons au sommet du Mont Royal.

C’est alors que nous découvrons à la Basilique de notre Dame de Montréal. En partie la raison de l’établissement de cette ville puisque l’intention était de créer une colonie missionnaire pour l’Église Catholique. Montréal a ainsi longtemps été surnommée la ville aux cent clochers. Pourtant la place est déserte. La ville terne, nue, vide. Le covid a transformé son visage. Il ne reste que des édifices. Les seules personnes que nous rencontrons ont l’air d’avoir pris l’air morose du temps pluvieux et du ciel gris. Nous sommes bien loin des petites terrasses sympathiques et animées. Heureusement, notre passage dans le Vieux-Montréal, le centre historique, nous apporte un peu de réconfort. L’accueil au consulat et chaleureux. Et nous décidons alors de passer par le Mont Royal. Nous emprunter le chemin abrupt qui nous emmène au sommet de la colline. Celle qui domine la ville. Les arbres nous apaisent instantanément. Les couleurs automnales sont splendides et apportent des teintes flamboyantes à cette journée maussade. Arrivés au sommet, la vue sur la métropole exalte les filles. Nous voilà face à Montréal.

Céline

Retour au blog