Pêche sur glace | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Printemps 2021

Pêche sur glace

06 mai 2021

Petites cabanes de pêcheurs

Tous les jours, nous pouvons observer ces petites cabanes sur le lac. Elles ont été installées au début de l’hiver et souvent nous voyons des motoneiges ou parfois même des voitures qui roulent sur la glace pour les rejoindre. Aujourd’hui, nous décidons d’y aller en ski. La température est relativement douce, aux environs de -10°C, le soleil brille et il n’y a pas un souffle de vent. Je tire Fibie sur ses skis avec une corde et Nayla fait du ski de fond. Il y a près de 3 kilomètres pour rejoindre les cabines. Nayla avance rapidement et se réjouit de mettre une image plus précise sur ses points noirs que l’on distingue au loin. Lorsque nous y arrivons, nous observons ces petites maisons en bois qui font quelques mètres carrés. Souvent, il y a un poêle et un lit. Ce sont les cabanes de pêcheurs. Il existe une ou plusieurs ouvertures dans le plancher pour pouvoir pêcher à l’abri. Mais aujourd’hui, ils sont à l’extérieur. Nous partons à leur rencontre.

Une tarière permet de percer la glace, d’une épaisseur de 1 mètre.

Quelques minutes plus tard, nous les saluons. Évidemment, notre accent trahit celui de la région. C’est l’occasion de « jaser ». La pêche blanche sur le lac Saint-Jean est réputée. Ici, plusieurs types de poissons sont pêchés comme le Doré, le brochet et la perchaude. L’ouananiche ne peut être prise qu’en été. Ils nous montrent leurs trous. Nayla et Fibie sont tout de suite fascinées. Elle regarde la ligne plonger au milieu de la glace. Elles apprennent alors que le pêcheur frappe le fond du lac, qui se trouve à environ une dizaine de mètres, avec le plomb. Le son attire les poissons. Ils nous expliquent que certains pécheurs possèdent des brimbales qui peuvent être fixes, ou bouger avec le vent. Des adeptes utilisent aussi des sonars afin de voir passer les poissons. Fibie et Nayla reçoivent la canne à pêche et essayent à leur tour d’attraper un brochet, sans succès. Avant de partir, nous les questionnons sur le trou dans la glace. Ils prennent alors leur tarière et commencent à percer manuellement un nouveau trou d’une vingtaine de centimètres de diamètre. Nous sommes surpris de l’épaisseur de la glace qui est proche d’un mètre. Ensuite, ils nous racontent qu’il y a quelques années une gigantesque fissure est apparue dans le lac juste à l’emplacement des cabanes. La crevasse béante était impressionnante. Une faille est connue dans la région de Roberval, où elle semble surgir chaque hiver dans le même coin, mais cette fois, elle a surpris tout le monde. La glace est toujours mouvante, nous expliquent-ils. Et pourtant, la pêche blanche a été pratiquée depuis des générations notamment par les peuples indigènes du Grand Nord.

Fibie et Nayla reçoivent la canne à pêche et essayent à leur tour.

Céline

Retour au blog