Ski alpin | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Printemps 2021

Ski alpin

02 mai 2021

Nayla sur les pistes du Mt Lac Vert

Sur les collines du Mont Lac Vert, nous avons l’occasion de faire du ski alpin. Un remonte-pente permet d’accéder à une dizaine de pistes avec une dénivellation de 300m. Pour les filles, c’est juste parfait, sauf que les pentes-écoles ont été fermées. Du coup, Fibie a appris directement sur les pistes. Elle a développé sa coordination, sa force, elle maîtrise maintenant sa vitesse, et tourne partout. Elle skie dans la neige poudreuse et entre les sapins. Elle a même décidé de faire le slalom de la piste d’entraînement piquetée avec un géant. À trois ans, tous sont surpris de la voir dévaler la pente. Nayla skie en parallèle sur les pistes les plus raides, passe dans la neige profonde avec légèreté, et s’amuse dans les sous-bois. Elle adore skier sous le télésiège dans une pente non damée. Elle aime aussi regarder le ski-club, et un entraîneur l’aurait bien prise dans son équipe. Malheureusement, la pandémie n’a pas permis cette aventure.

Fibie a développé sa coordination.

Nayla et Fibie sont exaltées par la sensation de glisse et nous passons plusieurs heures dehors parfois dans des températures glaciales ou sous des tempêtes de neige. Heureusement, le centre a été ouvert tout l’hiver pour s’y réchauffer. Mais il était impossible de pouvoir manger à l’intérieur durant les premières semaines. Chacun se retrouvait alors à prendre le repas de midi dans la voiture, les températures étant avoisinantes des -20°C.

Fibie et Nayla ont ainsi passé du temps à s’amuser et à profiter pleinement des sports d’hiver en plein air. Cela a été possible grâce à la générosité incroyable d’une famille, Guy et Maya et leurs deux filles Magali et Marilou, rencontré en Malaisie il y a trois ans. Ils nous ont prêté leur deuxième voiture durant l’hiver, étant donné qu’ils sont actuellement en télétravail. Nous leur en sommes infiniment reconnaissants.

À trois ans, tous sont surpris de la voir dévaler la pente.

Sur les télésièges, Nayla et Fibie demandent toujours de nouvelles histoires à raconter, tout d’abord sur nos souvenirs d’enfance en Suisse, et aussi des contes imaginaires avec nombreux animaux. À chaque fois que c’est possible, elles admirent les flocons qui tombent. Ici, les températures leur permettent de garder leur forme géométrique et symétrie à 6 branches. C’est extraordinaire d’observer ces cristaux et leur remarquable beauté. Surtout lorsqu’un rayon de soleil les illumine. Nous apprendrons que les flocons prennent différentes formes en fonction de la température et du degré d’humidité, mais que ce phénomène est encore inexpliqué à ce jour. Impossible de les catégoriser malgré les nombreuses tentatives. Il semblerait que chaque flocon soit unique. Apparemment, l’astrophysicien Ethan Siegel a essayé de calculer statistiquement la probabilité que deux cristaux soient identiques. Cela n’aurait pu se produire que 5 fois au maximum durant toute l’histoire de la planète Terre.

Céline

Retour au blog