Tempêtes de neige | Coopération
X

Recherches fréquentes

Québec, Hiver 2021

Tempêtes de neige

21 avril 2021

Retour d’une sortie dans la tempête

Plusieurs tempêtes s’abattent sur la région. Cette année, ce n’est pas tant la quantité de neige, qui apparemment est relativement faible, mais c’est surtout le vent. Lorsqu’il arrive du Nord, il augmente en puissance par cette gigantesque étendue sans protection, le lac Saint-Jean. Il emporte avec lui la neige de ce désert de glace et derrière chaque obstacle d’immenses gonfles grossissent à vue d’oeil. Ces tempêtes peuvent se poursuivre plusieurs jours. Lors de la dernière, il a soufflé brutalement durant trois jours. Nous sommes sortis sur le lac. Avec le vent, la température ressentie chute largement au- delà des -20°C. Surtout, chaque partie de peau exposée risque de subir des engelures. Notre visage est alors complètement recouvert par des masques de ski et un cache-cou. Même si Fibie n’aime pas particulièrement le porter, elle a pris l’habitude de respirer derrière ce tissu en polaire afin de protéger sa peau. Finalement, nous avons été forcés de rentrer à l’intérieur. Xavier, lui, a profité pour faire des photographies. Il est rentré plus tard, avec la barbe et les sourcils gelés.

Fibie et Nayla courent jouer dans la neige

Ce soir, une gonfle se dessine devant la maison. Elle augmente de minute en minute. Les thuyas au nord plient sous la neige accumulée et certains ne sont plus que de larges statues blanches. Le vent a hurlé toute la nuit, nous l’entendions siffler et faire craquer les murs. Au petit matin, le vent est toujours impétueux et la gonfle gigantesque. Elle fait deux mètres de haut! Pour Fibie et Nayla, c’est une véritable place de jeux, elles glissent sur la pente abrupte créée par ce banc de neige, elles sautent, elles roulent, elles grimpent, elles creusent !

La tempête se calme et le soleil réapparait.

La tempête a transformé le paysage et pourtant j’aime lorsque les éléments se déchaînent, surtout abritée dans un cocon de chaleur. Je trouve que c’est apaisant, une sorte de libération des tensions extérieures, mais aussi des tensions intérieures à chacun de nous. J’ai toujours aimé sortir dans ces intempéries tumultueuses, comme pour libérer certaines émotions. Lorsque celles-ci sont vraiment intenses, c’est encore plus manifeste. En quelques minutes seulement, je me sens en paix, comme si la nature m’invitait à prendre du recul, à voir la situation avec un nouveau regard et que le vent fougueux lui me délivrait des énergies bloquées. Ces moments-là sont alors un appel à une forme d’intériorité. Le visage fouetté par les rafales ou au contraire auprès d’une bougie allumée en contemplant le spectacle tempétueux quelque chose en moi se pose.

Céline

Retour au blog