Les Belges dégainent les chats face au terrorisme | Coopération
X

Recherches fréquentes

Les Belges dégainent les chats face au terrorisme

26 novembre 2015

Lorsqu'on tient l'impertinent personnage du Chat de Philippe Geluck comme l'un de ses emblèmes nationaux, forcément, les choses se passent différemment que dans le reste du monde. Même avec une menace terroriste clignotant rouge vif au-dessus du pays.

La Belgique vient en effet de démontrer, à nouveau, son sens de l'humour bien à elle en pleine période d'angoisse collective. Le miracle? Avoir su dérider la webosphère ce week-end avec une palanquée de félins domestiques super mignons et/ou maladroits.

Tout est parti d'un tweet de la police fédérale belge, dimanche soir, qui exhortait médias et internautes à ne pas diffuser d'infos sensibles sur le Net à propos des enquêtes en cours. Bruxelles était alors en quasi état de siège à cause d'un haut risque d'attentat. Stations de métros, commerces, musées et cinémas restaient fermés pendant que des opérations de police se déroulaient dans la ville.

Alerte massive aux lolcats

Message reçu par les habitants: au lieu de se répandre en commérages et commentaires sur des événements ayant pu survenir en bas de chez eux, les utilisateurs des réseaux sociaux ont joué le jeu. Comblant les espaces de discussion par des images ou des vidéos de chats autour du hashtag #BrusselsLockdown. En l'espace de quelques heures, on a du coup vu essaimer des dizaines de «lolcats», chatons farceurs, vieux matous au regard suspicieux ou minous dormant dans des positions improbables.

Fait encore plus étonnant, les médias belges ont suivi le mouvement à leur tour, le quotidien Le Soir installant notamment une photo de chat en page d'accueil de son site Internet. Jusqu'aux pandores eux-mêmes: à midi le lendemain, le compte Twitter de la police fédérale remerciait les internautes d'avoir suivi les recommandations… et postait un photomontage de gamelle pleine de croquettes avec le message «Pour les chats qui nous ont aidés hier soir... Servez-vous!»

Décidément, rien, pas même l'apocalypse, ne pourra mettre en berne l'humour de la patrie du Chat.


Article précédent Attentats et réseaux sociaux, la foire aux vérités Article suivant Facebook, Netflix et Spotify, héros modernes du congé paternité