X

Recherches fréquentes

Blog | Profile ton réseau

Convaincre... avec des fakes news: bienvenue chez les faussaires 2.0 de la réalité

01 octobre 2019


Prendre ses fantasmes pour la réalité. Au point de se transformer en faussaire pour qu'ils passent pour vrais aux yeux de tous. Sorte de passage à l'acte d'une certaine malhonnêteté intellectuelle, cette manœuvre est malheureusement devenue banale sur les réseaux sociaux. Pire que de s'enfoncer aveuglément dans ses opinions et ses croyances, comme le font par exemple les partisans des théories du complot, les individus pratiquant cette triste discipline online vont en effet jusqu'à fabriquer consciemment de fausses informations pour rallier les autres à leur vision du monde. Citations imaginaires, sources inventées, photomontages, images détournées de leur contexte, autant de fakes illustrant l'envie désespérée que sa vision du monde soit absolument la seule et unique possible. 

L'actualité récente nous a d'ailleurs fourni quelques exemple en la matière, en particulier autour du thème de l'écologie. Il y a quelques jours, le journal télévisé de la chaîne France 2 démasquait une photo truquée censée dénoncer les effets de la 5G. Très partagée et commentée sur le web, l'image donnait l'impression qu'un relais installé à la cime d'un sapin avait brûlé les branches supérieures de l'arbre. Un visuel fort qui prétendait démontrer la dangerosité de ce type d'onde. Sauf que la photo était un montage, œuvre d'un graphiste genevois militant contre la 5G ayant mixé les images d'une antenne et d'un conifère frappé par la foudre. 

Si les conséquences de la nouvelle technologie de réseau mobile sur les organismes vivants ne sont encore pas totalement étudiées, l'image finit par desservir la posture de prudence des milieux écologistes en les faisant passer pour des affabulateurs qui court-circuitent les débats scientifiques. En attendant, le mal est sans doute déjà fait chez les milliers d'internautes anti-5G qui, peu convaincus à la base par les arguments des ingénieurs des opérateurs, auront été un peu plus confortés dans leurs certitudes par la vision marquante de ce sapin calciné. Autres tentatives d'enfumage récentes, cette fois autour de l'explosion d'une usine de produits chimiques à Rouen, en France. Alors qu'une pollution est évidemment à redouter dans la région, certains éléments falsificateurs des réseaux sociaux, rompus aux malversations 2.0, ont anticipé les expertises en diffusant sciemment de fausses informations. 

Tordre la réalité pour la faire sienne

On a ainsi vu circuler une photo montrant des dizaines d'oiseaux morts gisant sur une route, photo choquante, certes, mais en fait prise en Louisiane il y a plusieurs années. D'autres internautes, eux aussi persuadés que mentir fera du bien à la réalité, ont partagé des messages venant de soi-disant témoins et spécialistes confrontés à des pollutions graves dans la zone. En fait, des inventions pures et simples visant à grossir les répercussions de l'événement et à installer la peur. Face aux réactions vives sur internet, les institutions et les médias ayant été «cités» à leur insu ont dû démentir ces propos via des communiqués. Avec la 5G comme avec l'explosion dramatique de Rouen, cette envie de tordre la vérité à tout prix n'est toutefois pas un simple délire gratuit de complotiste. 

A une ère qui a vu la confiance dans les politiques traditionnels et les médias s'effondrer, et après la révélation fracassante de mensonges d’État par le passé, concernant pêle-mêle les armes de destruction massive en Irak ou encore le nuage radioactif de Tchernobyl, le réflexe semble être de douter de tout par défaut. De partir du principe qu'on nous dissimule quelque chose, qu'on enjolive une réalité qui serait inavouable. Un scepticisme et une ouverture à d'autres possibles qui est généralement un réflexe bienvenu dans la démarche scientifique. Sauf que partir du principe que tout est mensonge finit par ressembler furieusement à un dogme aliénant, qui n'est pas le moteur des véritables lanceurs d'alerte. Et lorsque rien ne permet encore de dénoncer, quoi de mieux qu'une petit fake de derrière les fagots pour revenir à cette réalité alternative si rassurante qui donne à un sens à ses convictions.


Et quelques liens


Un Genevois épinglé en France pour sa fake news

Après l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, des intox en série

Macron, Trump, Brexit... Les "fake news", fléau des campagnes électorales

 

Retour au blog