X

Recherches fréquentes

Blog | Profile ton réseau

Le battement de cils d'un émoji au Brésil peut provoquer une tornade au Texas

08 août 2019

Un sourire qui illumine tout un texte ou des yeux qui grondent de fureur au milieu d’une phrase. Depuis quelques années, les émojis font partie de nos vies. De nos messages d’amour, de colère, de joie, de nos récits de vacances et aussi, de plus en plus, de nos mails professionnels. Reste que leur simplicité élémentaire (un clic = une émotion humaine ou une idée) et leur bouille de poussin inoffensive ne sont qu’apparentes. 

Même utilisé avec toute la bonne volonté de la Terre, un seul et unique émoji envoyé peut attirer des ennuis à son expéditeur. En cause? Il n’existe pas de grille de lecture universellement admise pour ces centaines de pictogrammes nés au Japon à la fin des années 90, puis enrichis chaque année de nouvelles thématiques. 

Des yeux qui disent beaucoup

Certes, depuis que l’Unicode Consortium, sorte d’Académie française de l’émoticône, a commencé à gérer et codifier le répertoire au niveau international en 2010, les différents éléments se retrouvent d’un pays à l’autre et également d’un environnement à l’autre, Apple, Google, ou Facebook ayant tous des émojis clin d’œil ou caca. Mais ce qui coince parfois, c’est que le dit clin d’œil n’aura pas la même signification chez tous les expéditeurs et chez tous les destinataires, sans parler des nuances possibles découlant du contexte. 

Il y a le clin d’œil sympa, enthousiaste, complice, ironique, dragueur, voire méprisant, et pouvant même subtilement mélanger plusieurs de ces significations dans son intention. Pour celui ou celle qui lit et est chargé(e) de décrypter la chose, la traduction est loin de s’avérer enfantine à tous les coups, puisque sa compréhension variera beaucoup en fonction de son état émotionnel et psychique du moment, de l’expéditeur et de la relation entretenue à ce moment T avec lui, de son vécu, de son éducation aussi. 

Pas du tout la même tête

Le rébus cool peut ainsi vite se transformer en message tronqué, là où des mots se seraient chargés d’amener la palette de précisions requises. Un phénomène amplifié par le fait que chaque banque d’émojis utilise un graphisme distinct. Un utilisateur de Gmail, choisissant le smiley sourire avec les dents dans son message, ne va pas voir arriver dans la boîte de son destinataire qui possède Microsoft Outlook un smiley parfaitement identique. 

A part peut-être pour les quelques émojis chargés d’exprimer les émotions humaines les plus basiques et universellement comprises (joie, peur, colère, tristesse…), cette variation plastique a malheureusement pour conséquence d’offrir des lectures différentes. Une étude réalisée par l’Université du Minnesota montre ainsi que le fameux émoticône sourire avec les dents se place différemment dans le spectre émotionnel selon les supports technologiques: très positif dans l’environnement Google ou Samsung, assez positif chez Microsoft et neutre chez Apple. 

Evidemment, on ne parle même pas des niveaux de lectures possibles pour ce même émoji, façon pelure d’oignon, qui s’y rajoutent. Dans un article du Matin Dimanche de 2017 consacré au sens des émoticônes, Nele Dael, une psychologue spécialiste du langage non verbal de l’Université de Lausanne, précise aussi que nous ne lisons pas les visages de la même manière selon les pays, puisqu’«en Asie, par exemple, les émotions se concentrent surtout au niveau des yeux, alors qu’en Occident, on considère l’ensemble du visage». Les moindres détails de l’émoji auront donc leur importance. 

Pas comme chez les Egyptiens

Des gouffres entre l’interprétation pensée au départ et celle qui est finalement générée à la réception, qui posent la question de la pertinence de considérer les émoticônes comme un langage autonome. «La raison pour laquelle certains pensent que c’est un langage est parce que les émojis ressemblent à des hiéroglyphes, expliquait la linguiste Gretchen McCulloch lors d’une présentation au SXSW, l’un des plus importants festivals mondiaux consacrés aux nouvelles technologies, en 2016. Mais les hiéroglyphes sont très avancés. Même s’ils ressemblent à des petits dessins, ils contiennent de l’abstraction. Et l’abstraction est très importante dans le langage.» 

En résumé, «ou bien les émojis représentent des choses concrètes, et ils sont universels, mais ne sont pas un langage… Ou bien ils peuvent exprimer de l’abstraction, mais ne sont pas universels, notait la chercheuse canadienne. (…) C’est surtout un moyen de retranscrire des émotions. Ce n’est pas un langage, mais simplement un complément au langage.» Mais même en fonctionnant comme compléments, ces innocents pictogrammes peuvent contribuer à réécrire malgré eux le sens du texte et même faire se retourner celui-ci contre son auteur. 

Menace entre les lignes

Aux Etats-Unis, de plus en plus d’individus sont poursuivis en justice parce qu’un ridicule émoticône figurant dans l’un de leurs messages a suscité un malaise chez le destinataire. Dans une étude publiée par l’Université californienne de Santa Clara, en 2017, un juriste évoque l’augmentation des conflits nés d’émojis pouvant être lus de diverses façons: couteau, bombe, pêche ou aubergine, qui peuvent être perçus soit comme des clins d’œil au second degré, soit comme des menaces de mort ou des propositions d’ordre sexuel. 

Du coup, la prochaine fois que vous vous préparez à appuyer sur une touche émoticône sur votre smartphone ou votre clavier d’ordinateur, tentez d’imaginer toutes les interprétations possibles chez votre interlocuteur. Ce serait quand même bien dommage de terminer au tribunal pour un bête dessin de légume.


Et quelques liens


230 New Emojis in Final List for 2019

Menaces de mort, harcèlement sexuel: quel est le statut juridique d'un emoji ?

Les émojis, nouvelle clé de la communication professionnelle

Attention, les emojis que vous utilisez pourraient être mal interprétés

Surveying the Law of Emojis

“Blissfully happy” or “ready to fight”: Varying Interpretations of Emoji

 

Retour au blog