X

Recherches fréquentes

Blog | Profile ton réseau

Confinés, les internautes plébiscitent les défis sur les réseaux sociaux

16 avril 2020


Autrefois ultrapopulaires, puis un peu ringardisés ou déclinés en mode pratique extrême, les challenges reviennent dans l'air du temps pour égayer une Toile prisonnière de la monotonie du confinement.

Souvent inutiles, parfois dangereux, la plupart du temps pas très intelligents et occasionnellement amusants, les challenges, ou défis, ont connu leur heure de gloire sur les réseaux sociaux au milieu des années 2010. Se jeter tout habillé dans un étang, se renverser un bac d'eau glacée sur la tête, adopter une pose de mannequin pétrifié... Le geste à réaliser fédérait à l'époque des foules de tous les continents. 

Des pratiques très en vogue lorsque les plateformes étaient encore massivement perçues comme des lieux de divertissement pur, avant qu'elles deviennent principalement des QG de promotion sophistiquée de soi, des écosystèmes économiques impitoyables et des forums politiques organisés. Mais la période de confinement (et l'ennui mondialisé allant avec) a vu resurgir la tendance autour du globe, antidote plutôt drôle à une humanité réfugiée dans l'immobilisme et la sidération. 

Renaître de l'underground

Certes, ces dernières années, le rythme de ces nouveaux challenges avait un peu baissé sans pour autant s'arrêter, faisant plutôt la part belle aux chorégraphies et aux postures démonstratives en bikini. Autant dire des exercices moins périlleux. Le côté radical et casse-cou avait alors continué à exister mais davantage sous les radars, dans les populations adolescentes, via des défis souvent risqués ou ésotériques. 

2019 voyait encore se diffuser des défis hardcore tels que le Circle Challenge (ne pas craindre de se prendre une brique ou une flèche sur la tête), le Bird Box Challenge (traverser une rue les yeux bandés), le Shell on Challenge (manger un aliment avec son emballage), le Vacuum Challenge (tenter de respirer après s'être mis un sac plastique sur la tête), ou encore le Fire Challenge (s'imbiber de liquide inflammable et y bouter le feu). 

Plus inoffensifs

Jusqu'au Skull Breaker Challenge (se faire faucher par un coup de pied alors qu'on vient de bondir), très répandu dès février dernier. Sauf qu'en 2020, le challenge 2.0 se démocratise à nouveau et retrouve ses lettres de noblesse, mais dans l'optique de communier avec les autres plus que pour servir de rite de passage imbécile. Le printemps a ainsi été le théâtre d'une vague de nouveau défis bien plus doux. 

Parmi eux, le Stay at Home Challenge, qui comme son nom l'indique, vise à convaincre les individus de rester à la maison. Le principe? Se filmer en train de dribbler et jongler avec un rouleau de papier toilette, et ce par le seul talent de ses deux pieds. Lancé par des footballeurs, l'exercice a été très suivi par les internautes, allant jusqu'à séduire des sportifs de haut niveau et des personnalités de la politique. 

Papier soyeux et draps de soie

Encore plus soft? Le BabyMe Challenge. Ayant émergé sur Instagram, ce défi invite à désigner trois contacts qui devront poster une photo d'eux bébé, puis nommer à leur tour trois prochaines victimes.  Dans un registre plus glamour, le Pillow Challenge consiste à se photographier en n'étant vêtu que d'un oreiller – et éventuellement de quelques accessoires, tels que bijoux, lunettes, chapeau... 

S'il a surtout été suivi par des influenceuses et des célébrités féminines, le challenge a fait quelques émules chez les garçons, portant leur oreiller le plus sérieusement du monde. Requérant également un certain stock de papier toilette chez soi, le Cats and Dogs Challenge fait sauter des animaux de compagnie en pleine course au-dessus d'une haie de rouleaux plus ou moins haute. De quoi occuper les longues journées entre quatre murs. 

Plus poétique et peut-être plus utile, le Amabie Challenge convoque une créature de la mythologie japonaise. Sur les réseaux sociaux, des artistes se mettent à poster des dessins d'Amabie, une sirène issue du corpus traditionnel des esprits appelé yokai. Cette sympathique sirène serait réputée protectrice contre les épidémies depuis la fin des années 1800. A condition d'y croire un minimum, l'être magique de l'archipel nippon pourrait s'avérer un tantinet plus utile que de se verser des glaçons sur le crâne.


Et quelques liens


Du scandaleux "Cheese Challenge" au vertueux "Trashtag Challenge", que signifient les défis sur les réseaux sociaux ?

#StayAtHomeChallenge : Le nouveau défi qui anime les réseaux sociaux et vous aide à supporter le confinement

Qu’est-ce que le Pillow Challenge?

Japanese artists flood social media with folk art said to ward off epidemics

"Skull breaker challenge", le très dangereux défi Tik Tok qui inquiète

 

 

Retour au blog