Les réseaux sociaux célèbrent le chez-soi | Coopération
X

Recherches fréquentes

Blog | Profile ton réseau

Les réseaux sociaux célèbrent le chez-soi

16 novembre 2020

 

Adieu lagons lointains des mers du sud, hôtels de rêve aux antipodes et autres Machu Picchu mythiques. Avec la pandémie de coronavirus, nous sommes réduits à être les globe-trotters de nos propres maisons et appartements. Surtout lorsque s'enclenche (ou se ré-enclenche) un confinement. Certes, quelques pays demeurent ouverts aux voyageurs, mais la liste est bien mince. Et elle menace d'évoluer chaque jour. 

Nous voilà donc forcés d'ajuster l'échelle de notre monde, qui ne s'étend plus d'un océan à un autre, mais plutôt de la cuisine à la chambre à coucher, avec de rares excursions dans les forêts, les montagnes, les campagnes ou sur les plages locales, comme les seules permissions de cette étrange époque de captivité collective. Une miniaturisation de nos territoires personnels qui se ressent d'ailleurs sur les réseaux, puisque depuis des mois, plusieurs tendances 2.0 prouvent que les individus tentent de se réapproprier la sphère domestique pour apprendre à y vivre mieux. 

Ce lieu qui nous ressemble

L'un des phénomènes les plus étonnants? Le maximalisme. Depuis le milieu des années 2010, la mode était au rangement, au tri, à la chasse impitoyable au désordre et à l'encombrement. Avec des gourous bien-être parmi lesquels Marie Kondo, nombre d'occidentaux s'étaient laissés tenter par les charmes du minimalisme dans leurs intérieurs, épurant la déco et se débarrassant de tous les objets ne leurs ayant pas donné du plaisir ou ne leur ayant pas servi durant l'année écoulée. Le but? Libérer notre esprit de connexions inutiles avec un capharnaüm faisant principalement de la figuration dans nos vies quotidiennes trépidantes et nomades. 

Mais il semble que le confinement ait quelque peu changé les points de vue. Depuis ce printemps, le hashtag #cluttercore (signifiant grosso modo encombrement total, en anglais) a suscité deux millions de publications sur le réseau social TikTok. Des images de pièces pleines d'objets de déco, de collection, de souvenirs, d’œuvres d'art... Bien loin des espaces et des volumes presque nus de la doctrine Marie Kondo. Comme si le trend pour les intérieurs était en train de vivre une brutale inversion des pôles. 

Pourquoi une proportion de non négligeable de nos contemporains misent aujourd'hui sur des cocons maximalistes plutôt que minimalistes? Les psychologues s'exprimant dans la presse au sujet de cette curieuse vogue sont unanimes: les gens auraient besoin de se donner des repères et d'attribuer du sens aux choses au milieu desquelles ils vivent désormais quasi toute la journée. Évoluer quotidiennement dans un désert impersonnel est peut-être frustrant et angoissant pour certains. 

Tous en cuisine

En constellant un peu plus son intérieur d'objets qui nous ressemblent et parlent de nous et de ce que nous aimons, nous déroulons peut-être des horizons mentaux dans une époque manquant cruellement d'horizons tout court. Voyager à travers les infinis de nous-mêmes sur quelques dizaines de mètres carrés. Le phénomène se remarque également via une autre tendance, celle des objets domestiques de luxe, preuve que nous cherchons à réinvestir durablement et chouchouter notre sphère privée. 

Outre les émissions de chefs diffusées en direct, les réseaux sociaux s'emballent ainsi pour des objets tels que les cocottes en fonte Le Creuset, une marque française ayant beaucoup fourni les cuisines des ménagères il y a des décennies. Tombés un peu en désuétude car très typés panoplie de grand-maman, ces objets redeviennent trendy, promus par des milliers de posts sur les réseaux sociaux dont TikTok, où même les ados s'emballent pour ces coûteux matériels. Une autre preuve que ce satané virus nous fait réinvestir symboliquement et financièrement dans notre nid douillet.

Et quelques liens:

Le Cluttercore, la nouvelle tendance contre la dictature du rangement

TikTok. Les cocottes Le Creuset, la nouvelle passion de millions d’adolescents

 

Retour au blog