X

Recherches fréquentes

Blog | Profile ton réseau

Socialiser au temps du coronavirus

19 mars 2020


Plus de classes, plus de meetings. Plus de fêtes d'anniversaires ni de soirées entre amis. Plus d'échanges linguistiques et plus de rencards. La vie sociale à l'ère du coronavirus, dont les conditions se mondialisent progressivement, n'a sans doute pas eu d'équivalents depuis plusieurs siècles. Mais par chance, la pandémie survient à l'époque d'homo numericus, qui n'est pas en manque de ressources pour transformer une solitude d'ermite calfeutré en auberge espagnole connectée. 

Pléthore d'applications sociales permettent en effet de monter une visioconférence de travail en deux clics, entre des employés qui jonglent (ou tentent de jongler) avec bureau de fortune, poste informatique bricolé, enfants qui jouent dans les alentours, chats qui s'attaquent à la porte façon Shining ou qui piétinent le clavier en ronronnant. Déjà très utilisée dans les entreprises américaines, FaceTime d'Apple est ainsi notamment plébiscité pour la qualité de l'audio et de la vidéo. Reste que cette fidélité du son et de l'image se paie en étant gourmand en données. Elle a en outre le désavantage de n'être opérationnelle qu'entre appareils de la marque à la pomme. 

Convives en numerus clausus

A l'heure où les réseaux menacent d'être saturés à cause de la pratique massive du télétravail, et où il faut soudain mettre en contact des individus qui jusqu'ici n'avaient pas l'impératif de converser à distance, d'autres services fonctionnant avec un débit moindre et plus inclusifs sont également privilégiés, à l'instar de Slack et de Zoom. Ce dernier autorise gratuitement des sessions d'appels vidéo de 40 minutes et regroupant cent participants. Un nombre supérieur à ce que permettent la plupart des autres applis stars de la visioconférence que sont Skype (50), Google Hangouts (10), WhatsApp (4) ou encore Facebook Messenger (6). 

Évidemment, Zoom apparaît davantage comme un outil voué à l'univers professionnel, tandis que les autres sont aussi très impliqués dans les conversations privées et tentent de remplacer les réunions de familles par des écrans découpés en parcelles de visages. Reste qu'avec son plafond élevé d'une centaine d'intervenants, l'app peut tirer son épingle du jeu pour des échanges privés au sein de grandes familles ou pour des événements exceptionnels. une question fondamentale: comment faire vivre une ambiance un peu ludique et festive lorsqu'on organise une soirées entre amis chacun chez soi, depuis son smartphone? 

La réponse du moment est apportée par l'appli House Party, lancée en 2016 sur les ruines de Meerkat. Le service avait, bien avant le coronavirus, dépassé Facebook, Instagram et Snapchat dans le cœur des plus jeunes utilisateurs américains. Il est aujourd'hui l'un de leurs préférés aux côtés de TikTok. Pourquoi un tel engouement? House Party est justement pensé pour organiser une sorte de conversation festive à distance. Plutôt utile, donc, en période de confinement. 

Fiesta par écrans interposés

Il est ainsi possible de convier huit participants maximum (pour la prom night ou le spring break, certes, on repassera) simultanément et de mener des défis, de réaliser des jeux, de s'envoyer des photos, pour des soirées pyjamas plus vraies que nature. L'appli est déjà particulièrement en vogue chez les adolescents espagnols, portugais et italiens forcés de rester à la maison loin des copains, et se met à exploser chez les Suisses. 

Attention cependant aux paramétrages, informent les spécialistes en cybersécurité, qui préconisent de régler les conversations en mode privé pour éviter que des étrangers trop curieux ou éventuellement malintentionnés s'invitent en douce dans ces fêtes 2.0. Toujours est-il que si les mauvaises langues ont longtemps affirmé que les réseaux sociaux tuaient les vraies relations humaines, la pandémie nous démontre qu'elles demeurent plus que jamais l'idéal de nos contemporains. 


Et quelques liens


L'application House Party

L'application Zoom

Utilisation de FaceTime

L'application Skype

L'application Slack

 

Retour au blog