X

Recherches fréquentes

Blog | Profile ton réseau

Tous contaminés par les rumeurs

29 avril 2020


La pandémie est devenue la caisse de résonance de fake news partisanes, dangereuses, voire très, très loufoques.

Imaginez un récit où s'entremêlent des mots-clefs aussi explosifs que mondialisation, complot, élite mondiale et vaccin. Ce récit n'est pas du registre de la science-fiction, c'est l'événement de la pandémie de coronavirus. Et autant dire qu'il combine parmi les sujets les plus périlleux qui soient, au point de constituer un cocktail inédit pour nourrir les fake news sur internet. Un détail, qui montre la dimension manipulatrice des propagateurs: la moitié des comptes ayant relayé des infaux ces dernières semaines sont des robots.

Certes, si, par le passé, de nombreux moments historiques ont joué le rôle d'incubateur à rumeurs et fantasmes, la diffusion planétaire du covid, avec son lot de peurs et d'inconnues, est en train de battre des records. Le pire étant que même médias et politiciens ont parfois été le relais de telles élucubrations. On se souvient notamment de la très controversée chaîne Fox News, qui avançait sans sourciller, au tout début de l'épidémie aux USA, que le coronavirus n'était qu'une grippette diabolisée par les Démocrates pour venir embêter Donald Trump et tenter de ternir son bilan économique. 

Dirigeants rappelés à l'ordre

Plusieurs plateformes sociales n'ont d'ailleurs pas eu d'autres choix que de supprimer certaines publications rédigées par des grands de ce monde, dont le président brésilien Jair Bolsonaro, censuré pour ses tweets minimisant la gravité du covid. Dans un genre tout aussi obscurantiste, les propositions de traitements miracles et élémentaires censés lutter contre le virus ont essaimé massivement sur le web. Des produits ou des méthodes, bien sûr de l'ordre du charlatanisme, qui ont parfois provoqué une létalité chez les apprentis sorciers très supérieure à celle du SARS- CoV-2. 

La fausse recommandation de s'abreuver généreusement d'alcool pour tuer le virus a ainsi conduit à des vagues de décès dans certains pays, sans parler des auto-administrations hasardeuses de certains traitements médicamenteux non avérés et de désinfectant, responsables de nombreuses hospitalisations. L'épidémie a en outre amplifié les tensions géopolitiques entre certaines grandes puissances, menant à des batailles organisées de rumeurs sur les réseaux sociaux pour essayer de charger l'adversaire de tous les maux. 

Liaisons dangereuses

Un tsunami de fake ou d'approximations qui a poussé Facebook et ses pairs à durcir la modération en ligne, défi d'autant plus compliqué que les légions de personnes vouées à ces tâches ingrates ne sont pas aussi disponibles à cause du confinement. Ces efforts n'ont pour l'instant pas permis de juguler l'éruption de certaines rumeurs, parfois complètement folles, montant en puissance en agrégeant plusieurs rumeurs ensemble. 

Le plus grand fantasme en circulation, en l'occurrence celui d'un virus fabriqué sciemment dans le but d'infecter la population mondiale puis de la contrôler, s'est greffé au passage à d'autres suspicions dans le vent. Coronavirus propagé pernicieusement par la 5G. Inventé pour permettre l'élaboration d'un vaccin allant enrichir quelques groupuscules des hautes sphères. Conçu pour qu'un pays puisse dominer le monde... 

Dans cette foire des histoires où le hasard n'a que peu de place, un personnage présenté comme malfaisant semble revenir avec une certaine obsession. Bill Gates. Le fondateur de Microsoft, qui agitait déjà les esprits des complotistes bien avant la pandémie, est accusé par nombre de rumeurs d'avoir tout fomenté, désireux d'inoculer un vaccin à tous les êtres humains avec l'objectif de cumuler les milliards de dollars, voire de prendre le contrôle de nos âmes... 

Le grand n'importe quoi

Des lanceurs d'alerte autoproclamés veulent d'ailleurs nous convaincre du double discours de l'homme d'affaire, qui encourage à trouver un vaccin contre le coronavirus alors que lui-même refuserait tout vaccin pour ses propres enfants. Problème: en réalité, si, il les vaccine bien, ses enfants.Le scénario de ces accusations est abracadabrantesque? Totalement. Mais attendez d'entendre l'autre rumeur délirante diffusée lors du pic de l'épidémie à New York.

Selon quelques personnes prétendument bien informées et propageant leurs récits sur les sites complotistes en vogue, les bateaux hôpitaux dépêchés dans les ports américains, dont celui de New-York, n'étaient pas du tout là pour les malades du covid. Mais alors pas du tout: ils récupéraient des centaines d'enfants retrouvés réduits à l'esclavage dans des tunnels menant à la Fondation Clinton, où l'atmosphère pauvre en oxygène qui y régnait avait créé un besoin urgent de respirateurs pour les survivants. Oui, en ce printemps perturbé, même sans avoir contracté le covid, nombre d'individus sont diagnostiqués positifs à une autre infection. Celle de la bêtise. 


Et quelques liens


Coronavirus : comment Bill Gates est devenu la cible favorite des complotistes, des antivaccins et de l'extrême droite

Twitter supprime des messages de Bolsonaro remettant en cause le confinement

Coronavirus : Facebook En Guerre Contre Les Fake News

Le fabricant de Lysol demande aux gens de ne pas s'injecter de désinfectant

 

Retour au blog