Biden n'héritera pas des abonnés du président Trump sur Twitter | Coopération
X

Recherches fréquentes

Biden n'héritera pas des abonnés du président Trump sur Twitter

04 janvier 2021

Le 20 janvier prochain, lors de la cérémonie d'investiture à Washington, Joe Biden prêtera serment et deviendra le nouveau président des États-Unis. On ne sait toujours pas si Donald Trump, très très mauvais perdant même aux yeux de la presse conservatrice américaine (le New York Post lui a adressé un édito plutôt gratiné), acceptera de venir transférer symboliquement le pouvoir entre les mains de son rival démocrate, devenu son pire ennemi en 2020. Mais ce qui est d'ores et déjà certain, c'est qu'il ne lui permettra pas d'hériter d'un seul de ses 33 millions de followers sur le compte Twitter officiel du bureau ovale, en l'occurrence @POTUS (pour President Of The United States). 

En janvier 2017, pourtant, reprenant la gestion de ce compte après son élection, Trump avait eu l'immense privilège de pouvoir conserver les 13 millions d'abonnés de POTUS du dernier mandat de Barack Obama. Très populaire et habile utilisateur de la communication en ligne, le président sortant avait fait de la figure présidentielle une star des réseaux sociaux, cassant à plusieurs reprises internet avec des photos likées à échelle industrielle. Sauf que voilà, cette donation automatique du stock de followers au nouveau locataire de la Maison Blanche ne semble plus une option viable. Donald Trump est-il à l'origine de ce camouflet? Même pas.

 

Une réinitialisation générale

C'est Jack Dorsey, le boss du réseau social de microblogging, qui souhaitait remettre à zéro le compte présidentiel, ainsi que celui de la Première dame (@FLOTUS, First Lady Of The United States) et des autres postes clefs de la Maison Blanche. Zéro follower dès le 20 janvier minuit, réinitialisation des mots de passe, Twitter semble vouloir repartir sur de nouvelles bases après quatre années d'un mandat présidentiel plutôt agité sur le web, et sur lequel planent toujours les soupçons d'une ingérence étrangère via internet ayant favorisé l'élection de Donald Trump en 2016. Jack Dorsey espère peut-être que les Biden n'hériteront pas de faux comptes malicieux ou d'abonnés trop radicaux. 

Il souhaite sans doute aussi, tout simplement, changer les règles du jeu pour que chaque nouveau président bâtisse sa propre communauté, avec ses spécificités et sa dynamique. Le réseau social ne laissera cependant pas l'équipe entrante au milieu d'un désert 2.0, puisqu'un message avertira les millions de followers de POTUS et de ses satellites qu'ils peuvent s'abonner à nouveau pour suivre les protagonistes du mandat en train de commencer. Une notification qui sera probablement la bienvenue, puisque le compte officiel du bureau ovale n'a pas vu de nouveaux tweets depuis juin 2018. Assez peu adepte du compte officiel dédié à son poste, Trump a surtout utilisé @realDonaldTrump, son compte personnel, pour communiquer online. 

 

Trump marchera sur des œufs 

Il y fédère d'ailleurs bien plus d'internautes que sur POTUS, avec pas moins de 88 millions d'abonnés. Le président sortant disposera donc d'une puissance de frappe médiatique sur internet bien plus conséquente que son ennemi juré Joe Biden au début de l'année 2021, qui devra, lui, reconstituer un réservoir de followers. Reste que Trump ne sera sûrement pas aussi libre qu'auparavant sur Twitter, même en n'utilisant son propre compte. A partir du 20 janvier, le businessman ne pourra plus bénéficier des privilèges de sa fonction présidentielle, qui lui assurait une impunité en ligne et le préservait de toute menace de suppression pour publications inappropriées. 

En redevenant un justiciable comme un autre, Donald Trump risque en effet de subir les foudres de la modération s'il poste des fake news ou des messages violant les règles d'utilisation de la plateforme. Son impressionnant vivier d'abonnés pourrait ainsi disparaître d'un coup s'il continue à jouer dangereusement avec les limites de la démocratie en 2021. Le président sortant devra alors discipliner ses prises de parole s'il entend garder une place centrale dans le paysage médiatique américain. Et un Trump plus lisse peut-il séduire encore ses adeptes sans risquer de perdre en influence? 

 

Et quelques liens:

 

Twitter is publicly declaring Joe Biden the winner of the US election — on Trump’s own tweets

Twitter | Potus

Trump Will Face Different Twitter Rules When He Leaves Office

 

Retour au blog