Le choc des titans: Facebook et Apple se déclarent la guerre | Coopération
X

Recherches fréquentes

Blog | Profile ton réseau

Le choc des titans: Facebook et Apple se déclarent la guerre

09 février 2021

 

Déjà en froid depuis quelques années, les deux géants américains s'écharpent sur des notions de sphère privée. Un échange d'arguments qui pourrait déboucher sur une plainte en justice. 


On regarde souvent les GAFA, les géants mondiaux du numérique, comme une sorte de Panthéon de compagnies toutes puissantes représentant une menace pour les petites entreprises de la planète. Mais sur cet Olympe 2.0, les dieux ne sont pas loin de se cannibaliser eux-mêmes. Depuis fin 2020, une discorde est ainsi en train de grandir entre Mark Zuckerberg et Tim Cook, respectivement PDG de Facebook et d'Apple. 

Les tensions entre les deux groupes sont certes palpables depuis des années, notamment depuis 2018, quand le boss de la firme à la pomme avait tancé son homologue de Facebook après les révélations de l'affaire Cambridge Analytica. Sauf que cette fois, les temps ne sont plus aux petites torpilles vachardes de bon aloi entre concurrents. Alors que les deux entreprises présentent des résultats financiers confortables pour le dernier trimestre de l'année, elles semblent particulièrement remontées l'une envers l'autre. 

 

Deux visions incompatibles

Le départ de feu fut manifestement l'annonce du nouveau système d'exploitation d'Apple, iOS14, et d'une particularité notable: il exigera bientôt des applications disponibles dans l'AppStore qu'elles ne puissent recueillir les données personnelles des internautes qu'après leur acceptation explicite. La firme de Tim Cook entretient en effet depuis des lustres l'image d'une société refusant d'accéder au data de ses clients et d'exploiter ces informations pour du ciblage publicitaire, à l'inverse de la firme de Mark Zuckerberg, dont les bénéfices dépendent à plus de 96% des recettes du marketing digital. 

Un modèle qui a évidemment son revers de la médaille, puisque Apple est obligé de vendre ses produits à un tarif relativement élevé ou de prélever des commissions, quand Facebook propose des services de base pour l'essentiel gratuits. Toujours est-il que l'entreprise fondée par Steve Jobs entend imposer sa conception de la sphère privée aux développeurs des applis tierces, assurant ainsi à l'utilisateur Apple une protection de ses données personnelles d'un bout à l'autre de la chaîne. Et ça, de nombreuses sociétés y sont fermement opposées, en particulier celles pour qui l'obtention du data est vital. 

Car en demandant aux internautes leur consentement éclairé pour l'exploitation de leurs informations à des fins de publicité ciblée, le risque est grand que ces derniers cochent non. Depuis l'été dernier, nombre de compagnies ont ainsi fait part de leur indignation et de leur inquiétude face aux futures restrictions d'Apple. Facebook en tête. Décision guidée par un souci d'éthique ou façon d'affaiblir ses concurrents? La mise à jour d'iOS14, qui deviendra effective ce printemps, peut être lue de diverses manières. 

 

Querelle de moguls

Aux yeux de Mark Zuckerberg, les choses sont cependant limpides: cette exigence a pour but de mettre Facebook et consorts en mauvaise posture. En décembre, il dégainait en premier pour engager un duel avec Tim Cook, publiant un communiqué où il accusait la firme de Cupertino de concurrence déloyale. «Nous croyons qu'Apple se comporte de manière anticoncurrentielle en utilisant leur contrôle de l'AppStore pour servir leurs résultats financiers, au détriment des développeurs d'applications et des petites entreprises», commente Facebook, qui soupçonne notamment son adversaire de vouloir ainsi favoriser iMessage, son appli de messagerie instantanée installée par défaut sur les iPhones, au détriment de WhatsApp. 

Des accusations également portées dans les médias via plusieurs campagnes publicitaires offensives. «iMessage est un élément central de leur écosystème», déclarait Zuckerberg fin janvier, laissant entendre qu'Apple utiliserait la protection de la vie privée en ligne comme prétexte pour ouvrir un boulevard à ses propres applis. «Apple a tout intérêt à utiliser sa position de plateforme dominante pour interférer avec la manière dont fonctionnent nos applications et les applications des autres.» 

 

Levée de boucliers

Mais Tim Cook ne s'est pas montré intimidé par les estocades répétées de Facebook. Lors d'une conférence à Bruxelles, le PDG de la marque à la pomme a lancé que «si une entreprise est construite sur la tromperie des utilisateurs, sur l’exploitation des données personnelles et sur des choix qui n’en sont pas, elle ne mérite pas des éloges, elle mérite d’être réformée», faisant référence à Facebook sans toutefois la nommer. Et l'ambiance de guerre froide entre les deux boss risque de dangereusement se réchauffer. 

Selon le site The Information, Mark Zuckerberg et ses avocats songeraient à attaquer Apple en justice pour concurrence déloyale, arguant que la compagnie veut imposer aux autres des règles qu'elle ne s'oblige pas à suivre. La firme de Tim Cook pourrait en outre être visée par d'autres plaintes, en particulier celles qu'entendent déposer plusieurs géants de la publicité digitale, dont l'Udecam et le SRI. Décidément, ce n'est que le début de la tempête sur l'Olympe des GAFA.
 

Et quelques liens:

The Information - Facebook Preps Antitrust Lawsuit Against Apple

ZD Net - Facebook : Apple menace les revenus publicitaires, selon Mark Zuckerberg

CNBC - TECH: Facebook-Apple fight

BB - The Privacy Spat Between Facebook and Apple

Retour au blog