Le moment d'accepter (ou pas) les nouvelles conditions WhatsApp est arrivé | Coopération
X

Recherches fréquentes

Le moment d'accepter (ou pas) les nouvelles conditions WhatsApp est arrivé

20 mai 2021

 

Reportée depuis plusieurs mois dans l'espoir que l'orage médiatique se calme, la mise à jour des règles de l'application est désormais imposée aux utilisateurs. Mais plusieurs pays ont décidé de faire de la résistance.

 

Après les polémiques déjà lointaines du début d'année, ça y est. Depuis le 15 mai, les utilisateurs de WhatsApp en Suisse sont tenus d'accepter les fameuses nouvelles conditions d'utilisation de l'application de messagerie, qui prévoient notamment une exploitation des données personnelles par la maison-mère Facebook. Les personnes refusant de valider la mise à jour s'exposent ainsi à une restriction des fonctionnalités de leur compte au cours des prochaines semaines. Mais on l'a dit, le fait de cliquer j'accepte ne transforme pas automatiquement votre appli WhatsApp en passoire. 

L'entreprise américaine considère en effet la Suisse dans le giron du RGPD, ce texte européen proclamant la portabilité des informations personnelles et auquel tous les sites internet doivent se conformer. En clair: les utilisateurs suisses ne verront pas leur data fuiter sauvagement vers Facebook tout simplement parce que cette option n'est pas prévue par le RGPD. L'acceptation n'est donc pour eux qu'une pure formalité, les seuls changements connus ne concernant que les interactions avec les comptes des entreprises. 

Reste que les experts peinent à cerner tous les changements induits par ces nouvelles conditions, qui baignent, même des mois après l'annonce officielle par WhatsApp, dans un flou artistique difficile à comprendre. Reports inexpliqués de date, confusions, manque de transparence... Comme souvent chez les géants du numérique, les utilisateurs sont traités comme des éléments un peu abstraits et pas vraiment comme des clients. Ce qu'ils sont pourtant: bien que l'usage des applications de Facebook soit gratuit, l'empire de Mark Zuckerberg se nourrit de la revente de nos données personnelles destinées à réaliser des profils de consommateurs pour les annonceurs. 

Bras de fer entre Goliaths

Et hors des pays d'Europe, où le RGPD ne s'applique pas, c'est encore une autre histoire. Pour eux, c'est le combo manque de transparence + migration systématique du data vers Facebook qui s'impose depuis 2021. Des manières typiques de l'entreprise qui commencent sérieusement à agacer certains États. L'Argentine a ainsi choisi la méthode forte en obligeant WhatsApp à reporter de six mois la mise en vigueur des nouvelles conditions d'utilisation. Le motif? Le régulateur du numérique souhaite avoir le temps nécessaire pour étudier en détail les conséquences de cette mise à jour, inquiet que celle-ci dépasse les bornes en termes de confidentialité et de respect des règles de concurrence. 

Toujours au mois de mai, l'Allemagne a fait elle aussi suspendre l'entrée en vigueur de la nouvelle charte. L'Inde, les États-Unis et le Brésil ont pris des mesures comparables ce printemps, signe que les protestations internationales face à Facebook sont en train de devenir une véritable offensive juridique qui risque de peser sur les finances du groupe. Trop gourmande, la firme de Menlo Park va-t-elle finir par connaître une digestion difficile?

Et quelques liens:

Whatsapp repousse ses changements après les craintes des utilisateurs

L'Allemange, l'Inde et l'Argentine interdisent à Facebook d'utiliser les données de Whatsapp

What happens when our terms and privacy policy updates take effect?

 

 

Retour au blog