X

Recherches fréquentes

A la plage

Protéger sa peau sans nuire aux coraux

26 juillet 2019
Gilles Bensimon/Biotherm


Ayant la peau claire, je me tartine de crème solaire tout l’été. Le matin, ma routine est d’en appliquer après ma crème de jour, et avant mon fond de teint. Histoire de ne pas brûler sur le chemin du bureau. Je garde une crème solaire de poche dans mon sac à tout moment pour pouvoir en remettre - si nécessaire - avant une pause de midi au soleil.

On pourrait penser que j’en fais trop – mais quand tu as la peau claire avec une tendance à virer écrevisse, tu prends tes précautions. Surtout qu’on sait qu’un abus de rayons UVB est dangereux pour la santé, car il peut déclencher un cancer de la peau, alors qu’une overdose d’UVA accélère le vieillissement de la peau, avec la formation de rides et de taches. Dans ces conditions, pas question pour moi de sortir au soleil sans protection.

Avant la baignade

Au moment de choisir mon tube pour les vacances à la mer ou les baignades au lac, un autre critère entre en compte. Je prends soin d’opter pour une crème solaire qui, en se diluant dans l’eau, ne va pas nuire à ses habitants. Car oui, les protections solaires polluent et menacent les coraux

Chez nous aussi, le problème se pose. Dans nos cours d'eau et dans nos lacs suisses, ces micro-polluants ont un impact sur la santé des poissons et sur la croissance des végétaux aquatiques, comme l'a démontré une étude de l'Université de Genève portant sur le Léman.

Des crèmes solaires plus écolos

J’ai repéré des bonnes initiatives pour bronzer et se baigner en sécurité, en limitant son impact. Evidemment, ces efforts des marques font aussi de bons arguments marketing!


Après plusieurs années de recherche, la marque française Caudalie a conçu une gamme de protections solaires (crèmes, sprays, huiles) évitant deux filtres chimiques montrés du doigt pour l’environnement : l’oxybenzone et l’octinoxate. Contenus dans plus de 3500 crèmes solaires, ils contaminent notamment les algues, dont les coraux sont dépendants pour se nourrir et pour respirer.

La marque a donc écartés ces filtres polluants et ceux soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens (ces substances qui interférent avec nos hormones, et sont pour certaines accusées d'être cancérogènes), pour miser sur quatre filtres solaires chimiques jugés sûrs par l'association française de consommateurs Que Choisir (voir cette fiche produit). Caudalie précise que ces produits sont hautement biodégradables et résistants à l’eau. (Des crèmes de la gamme sont disponibles chez Coop Vitality).

Caudalie soutient en plus des associations partenaires pour la protection des coraux, comme Coral Guardian ou Reef World.

Pour les "waterlovers" en vacances à la mer

J’ai vu une autre option éco-conçue chez Biotherm. Attention, si chez Caudalie, toute la gamme de solaires a été formulée pour être plus écolo, chez Biotherm, il faut choisir les bons tubes, soit le lait solaire (voir fiche produit chez Que Choisir) ou la brume solaire intitulées «Waterlover». Des produits annoncés avec une biodégradabilité de 95% à 96% et des filtres plus respectueux de la vie aquatique. (Produits vus sur le site d'Import Parfumerie)


D'autres marques telles que Clarins ou Avène ont aussi fait des efforts dans ce sens: recherchez une mention sur l'emballage indiquant une formulation plus respectueuse de l'environnement. Une autre option sont les crèmes solaires bio, en évitant par précaution les filtres minéraux nano. Comme il n'existe pas encore de certification d'un organisme indépendant, qui garantirait ces formules plus écolo, on ne peut que se fier à la bonne volonté des laboratoires pour le moment.

Choisir ces protections permet de se baigner en limitant son impact sur la nature. Vu l’état des océans et de nos cours d’eau, ce n’est pas du luxe!

Et après une exposition? Je me tartine de gel d’aloé vera, un soin apaisant et réparateur qui me sert d’après-solaire. Naturel et efficace.

Et vous, avez-vous surveillé l'impact écolo de votre crème solaire?

 

Retour au blog