X

Recherches fréquentes

Préférences

L'odeur du rouge à lèvres

06 décembre 2019
 TT

Je me suis penchée sur l'odeur des raisins de mes tubes préférés.


Parmi les porteuses de rouges à lèvres, il y a deux clans. Celles qui les aiment parfumés, et les autres qui se bouchent le nez – j'en fais partie. Les adeptes des raisins odorants disent qu'ils évoquent des souvenirs. Souvent ceux du rouge à lèvres piqué à maman!

Mais c'est quoi, cette odeur emblématique? Un parfum intemporel qui flotte à l'ouverture du tube, une odeur crémeuse et poudrée, mêlant des notes de rose, d’iris et de violette. 

Il s'agit d'un relent – vintage! - des années 20. A l'époque, les créateurs de baumes à lèvres y incorporaient les mêmes parfums que dans les poudres pour le visage, d'après le site spécialisé Au Parfum. Une odeur synonyme de luxe et de soin.

Des flacons inspirés des effluves des rouges à lèvres

Le parfum de rouge à lèvres classique plaît tant que des nez s'en sont inspirés. Ils en emprisonnent une interprétation dans un flacon, à l'instar de "Lipstick Rose", aux Éditions de Parfums Frédéric Malle, ou "Rose Morning" de Fresh.

Dans l'autre sens, certaines maisons ajoutent une touche olfactive à leurs bâtons de couleur. C'est le cas chez Guerlain, où différents rouges à lèvres font écho à sa gamme culte de parfums "La Petite Robe Noire". Ils adoptent une fragrance marquée de ses notes florales fruitées.

Plus près de chez nous, à Genève, les rouges à lèvres prennent une odeur fleurie chez Mavala. La marque suisse m'explique que ce parfum a été choisi à la fois pour masquer l’odeur des cires utilisées dans la formule, et pour apporter une touche printanière subtile à ses rouges à lèvres, afin de plaire à ses utilisatrices. 

Certaines apprécient en effet ce détail olfactif. De mon côté, avec mon odorat ultra sensible, je préfère que mes rouges à lèvres restent discrets au nez. Sinon, une fois appliqués, leur parfum me dérange. Curieuse, j'ai reniflé ma collection de tubes. Évidemment, je porte davantage ceux que j'estime olfactivement muets. Passent encore, les arômes gourmands et fruités, totalement régressifs, qui me rappellent mes baumes à lèvres préférés étant ado.

Notez que pour les fabricants, le défi est aussi de parfumer les rouges à lèvres avec des ingrédients à la fois ingérables et ne donnant pas un goût amer. Car si la quantité de rouge à lèvres avalée par une femme au cours de sa vie fait débat (cela tournerait autour de 2 kg), ce qui reste sûr, c'est qu'on en mange fatalement une partie.

Entre parfum, goût et couleur sur les lèvres, c'est une relation charnelle qu'on entretient avec ces sacrés tubes!

Et vous, êtes-vous sensibles à leurs odeurs?

 

Retour au blog