X

Recherches fréquentes

Zoom
Santé

Une affaire de cœur

Le cœur humain est le plus efficace de tous les moteurs. Apprenez-en davantage sur l’organe le plus fascinant et le plus vital de notre corps.

PHOTO
getty images, DR
17 mai 2020
Le cœur des amoureux se met à battre à l'unisson et leur souffle s'accorde, lorsqu'ils se regardent longtemps dans les yeux.

Le cœur des amoureux se met à battre à l'unisson et leur souffle s'accorde, lorsqu'ils se regardent longtemps dans les yeux.

De cinq à six litres. Soit la contenance d’environ huit bouteilles de vin. C’est à peu près la quantité de sang que le cœur fait circuler dans le corps d’un adulte. Les vaisseaux sanguins forment un réseau gigantesque de 100000 kilomètres à travers le corps qui, à l’image d’un train marchandises, apporte à tous les organes les nutriments, sels minéraux, vitamines et hormones dont ils ont besoin. Sur le trajet du retour, il joue plutôt le rôle de camion-poubelle qui récupère les déchets sous forme de métabolites – le dioxyde de carbone – qui sont ensuite expulsés par les poumons.

Ce petit muscle de 250 à 300 grammes pompe jour après jour jusqu’à 10000 litres de sang à travers notre corps. Une performance impressionnante! D’autant que comparé à celui de la baleine bleue, le plus grand mammifère de la terre, le cœur humain est minuscule: la pompe du géant des mers pèse une demi-tonne et fait circuler 8500 litres de sang à travers son corps long de plus de 30 mètres.

Spinning dans une salle de fitness, jogging ou stretching dans la nature, peu importe, l'important est de pratiquer une activité sportive afin d'augmenter les pulsations et contraindre le cœur à davantage pomper.

«Le cœur est un organe très particulier, il revêt une importance vitale de la première à la dernière seconde de notre vie», déclare le professeur Hans Rickli (61 ans), médecin en chef de la clinique de cardiologie de l’hôpital cantonal de Saint-Gall et du conseil de la Fondation suisse de cardiologie. «S’il s’arrête, nous perdons connaissance dans les dix secondes. Et s’il ne repart pas dans les quelques minutes qui suivent, le cerveau surtout, mais aussi les autres organes, subissent des dommages irréversibles.»

Le cœur d’un fœtus humain commence à battre dès la quatrième semaine de grossesse. Tout d’abord très doucement, et de manière imperceptible pour la future maman. C’est la première échographie, réalisée en général au cours de la huitième semaine de grossesse, qui révèle le boum-boum du petit cœur.

Une incroyable efficacité

Chez un adulte, le cœur effectue en moyenne 100000 battements par jour, soit 3,6 millions par an et près de 2,9 milliards en 80 ans. Il est conçu pour fonctionner pendant 800000 à 900000 heures, alors que le moteur d’une voiture est destiné à tourner pendant 5000 heures seulement. Il produit chaque jour l’équivalent de l’énergie dont a besoin un camion pour parcourir 32 kilomètres. En d’autres termes, le cœur-camion pourrait faire un aller-retour jusqu’à la Lune en 66 ans!

Chez certaines personnes, toutefois, le moteur commence à un moment donné à toussoter, voire à tomber en panne. «Les maladies cardiaques les plus fréquentes sont des problèmes circulatoires du muscle du cœur, qui se manifestent par une angine de poitrine et un infarctus, explique Hans Rickli. Il y a ensuite les valvulopathies, qui surviennent principalement quand la personne prend de l’âge. Les insuffisances cardiaques sont, elles aussi, assez fréquentes.»

«Fin 2019, 113 patients attendaient un nouveau cœur»

Hans Rickli, cardiologue

Pour certains individus, les problèmes finissent par prendre de telles proportions qu’ils ont besoin d’une greffe. Selon Swisstransplant, 39 cœurs, mais également 232 reins, 166 foies, 39 poumons et 25 pancréas ont été transplantés l’année dernière. Fin 2019, 1415 personnes attendaient un don d’organe – et 113 d’entre elles avaient besoin d’un cœur.

La première greffe de cœur a été réalisée le 3 décembre 1967 à Cape Town (Afrique du Sud); le chirurgien Christiaan Barnard (1922–2001) est devenu une légende. Ces opérations sont aujour­d’hui fréquentes et les greffés ont énormément gagné en qualité de vie. «Une transplantation cardiaque dure environ quatre heures et la convalescence demande de deux à trois mois, indique le spécialiste. Les patients peuvent ensuite retrouver une vie normale, sans restrictions majeures.» Ils doivent uniquement prendre des médicaments immunosuppresseurs, afin d’éviter que le corps considère l’organe greffé comme un corps étranger et le rejette.

Pour les malchanceux, des problèmes cardiaques surviennent après un événement quelconque, comme une simple infection. «Certains virus peuvent provoquer une inflammation dans l’intestin qui à son tour peut déclencher quelques jours ou quelques semaines plus tard une inflammation du muscle cardiaque, dévoile le cardiologue. Lorsque cette inflammation, appelée myocardite, atteint également le péricarde, elle s’accompagne de douleurs thoraciques respiratoires. Si l’inflammation ne touche que le muscle cardiaque, elle peut s’exprimer par de la fatigue, de la somnolence et, le cas échéant, un essoufflement en cas d’efforts.» Les mêmes symptômes peuvent apparaître après un rhume ou une infection grippale que l’on a laissé traîner.

Beaucoup d’inflammations du muscle cardiaque restent asymptomatiques, mais il arrive, dans quelques rares cas, qu’elles provoquent des perturbations du rythme cardiaque fatales. En règle générale, les maladies cardiaques sont repérables lors d’efforts. Une insuffisance cardiaque, par exemple, se reconnaît à une faiblesse inhabituelle et à un manque de souffle.

Pour qui souhaite réduire le risque de maladie cardiaque, il est conseillé de mener une bonne hygiène de vie: alimentation équilibrée, suffisamment d’exercice physique, éviter ou réduire le surpoids, renoncer au tabac, boire de l’alcool avec modération, éviter le stress autant que possible. Des contrôles réguliers chez un médecin sont en outre recommandés, surtout après 45 ans. Vous trouverez une mine d’informations à ce sujet dans la brochure «Un cœur en bonne santé» de la Fondation suisse de cardiologie (document gratuit à commander ou à télécharger sur la boutique en ligne du site www.swissheart.ch).

Symbole de l’amour

Le cœur n’a pas uniquement une importance médicale, il a aussi une grande valeur symbolique. C’est le symbole de l’amour. Il a même été prouvé scientifiquement qu’il existe un lien unique entre l’amour et notre cœur. Des chercheurs ont ainsi découvert que le pouls et la respiration de deux amoureux adoptent le même rythme lorsqu’ils se regardent dans les yeux pendant trois minutes.

Un seul cœur, une seule âme: l'amour qui lie les parents à leurs enfants est l'un des plus forts sentiments qui existent.

Lorsque l’amour s’en va, certains ont littéralement le cœur en morceaux. Les médecins ont même donné un nom à ce phénomène qu’ils appellent syndrome du cœur brisé. Mais les peines de cœur et les deuils ne sont pas les seuls à mettre à l’épreuve notre muscle vital; certains événements heureux, comme des anniversaires, des mariages ou une magnifique offre d’emploi peuvent avoir le même effet. «Comme le syndrome du cœur brisé, le syndrome du cœur heureux peut s’exprimer de la même façon qu’un infarctus, avec une oppression au niveau de la poitrine et un essoufflement», selon Hans Rickli. Mais dans ce cas, l’origine n’est pas un vaisseau sanguin qui se bouche ou se resserre. La cause est un stress émotionnel extrêmement fort – positif ou négatif – ou une douleur physique intense.

«En phase aiguë, les patients doivent faire l’objet d’une surveillance aussi étroite qu’en cas d’infarctus, poursuit le cardiologue, parce que le syndrome du cœur brisé ou du cœur heureux peut entraîner un trouble du rythme cardiaque potentiellement fatal.» Dans la plupart des cas, cependant, le muscle cardiaque récupère complètement en quelques jours ou semaines.

Et si vous écoutiez une composition de Jean-Sébastien Bach (1685–1750)? Des scientifiques ont en effet découvert que les sons de la musique baroque faisaient baisser le pouls et la tension artérielle au bout de dix secondes. Donc, le cœur écoute, lui aussi. Dans le même ordre d’idées, une étude a révélé que le risque d’infarctus était moins élevé chez les propriétaires de chat, car les compagnons à pattes de velours réduisent le stress de leurs maîtres. Et encore une bonne nouvelle: une autre étude a montré que les 39% des personnes interrogées qui mangeaient le plus de chocolat étaient moins exposées au risque d’infarctus et d’AVC que celles qui en mangeaient peu. A noter que le meilleur chocolat pour le cœur est celui à forte teneur en cacao.

Le dicton veut que l’amour passe par l’estomac. Mais manifestement par les doigts aussi, si l’on en croit les Romains et Egyptiens de l’Antiquité. Ils pensaient que la Vena amoris – la veine de l’amour – reliait directement l’annulaire de la main gauche au cœur, ce qui explique pourquoi ils portaient leur alliance à ce doigt. Aujourd’hui encore, les époux mettent leur alliance à ce même doigt, pour affirmer une relation qui leur va droit au… cœur.

 


En bref

  • Le cœur pompe jusqu’à 10000 litres de sang par jour.
  • Il produit chaque jour l’équivalent de l’énergie dont a besoin un camion pour parcourir 32 kilomètres.
  • Lors d’un arrêt cardiaque, la personne perd conscience en moins de dix secondes.
  • Le chocolat noir diminue le risque d’infarctus et d’AVC.
  • Il est vraiment possible de mourir d’un cœur brisé.

 


Comment déceler un infarctus

Signes courants

  • Oppression (massive), tension élevée, sensation de rétrécissement au niveau du cœur, forte chaleur dans la poitrine pendant plusieurs minutes
  • Les douleurs se répandent souvent jusque dans le bras, l’épaule, le cou, la mâchoire ou l’abdomen supérieur.
  • Nausées, vomissements, essoufflement, anxiété, sueur froide, visage blême

Souvent des signes précurseurs chez les femmes, les diabétiques et les personnes âgées

  • Nausées ou vomissements inexpliqués

  • Essoufflement
  • Pression dans la poitrine, le dos ou le ventre
  • Troubles diffus
  • Source Fondation suisse de cardiologie

Sauver des vies avec une appli

La Fondation suisse de cardiologie propose l’application gratuite «Urgences HELP» (Android et iOS) qui présente les premières mesures de secours à appliquer en cas d’urgence.

www.swissheart.ch