X

Recherches fréquentes

INTERVIEW
JOOS SUTTER

«L'approvisionnement est assuré»

Depuis que le Conseil fédéral a désigné la situation exceptionnelle, plus rien n’est comme avant en Suisse. Coop soutient la population suisse et assure l’approvisionnement en produits alimentaires. Joos Sutter, président de la Direction générale, répond aux principales questions sur la crise.

PHOTO
Heiner H. Schmitt
24 mars 2020

Il dirige personnellement la cellule de crise: Joos Sutter, président de la Direction générale, au siège de Bâle.

Joos Sutter, comment avez-vous vécu les jours et les semaines qui viennent de s’écouler?

Nous traversons une période d’intenses turbulences. La situation évolue en permanence et même si ce qui arrive se profilait, il est impressionnant de voir à quelle vitesse et à quel point notre vie et notre quotidien ont changé.

Qu’est-ce qui vous a particulièrement impressionné?

La flexibilité et la manière non bureaucratique avec lesquelles les collabo­rateurs réagissent à cette situation extraordinaire. Tous sont unis et solidaires: que ce soit dans les équipes logistiques, commerciales ou administratives. C’est formidable et j’ai grâce à cela la conviction qu’ensemble nous parviendrons à surmonter cette crise.

Quels ont été et quels sont les plus grands défis de la situation actuelle?

Humainement, c’est la grande responsabilité vis-à-vis des collaborateurs et des clients. Ce n’est pas toujours simple, en particulier lorsque vous devez fermer du jour au lendemain plus de 700 points de vente dans le domaine non alimentaire, et que vous devez tout arrêter, des magasins aux centrales, en passant par la logistique. D’autre part, nous devons faire face à une énorme demande en produits alimentaires qui pousse le système aux limites de ses possibilités. Toute la chaîne, des achats à la préparation des commandes et l’expédition dans les magasins, subit une pression extrême.

Pendant combien de temps pourrez-vous garantir la livraison des denrées alimentaires de base et des produits de première nécessité correspondant aux besoins quotidiens?

Pendant très longtemps. Nous sommes très bien placés à cet égard. La limite est plutôt la capacité logistique: nous avons certes les produits en stock, mais parfois nous ne pouvons pas les acheminer suffisamment vite et en quantités suffisantes jusqu’aux magasins. Nous arrivons toujours à un moment donné à la limite de notre capacité logistique. Mais je le répète là encore: nous avons suffisamment de produits alimentaires et de première nécessité pour répondre aux besoins quotidiens pendant une très longue période. Il y aura des interruptions dans la chaîne de livraison pour certains produits, mais il n’y aura pas de problème d’approvisionnement général.

Y aura-t-il des ajustements de prix?

Non. Nous concentrons tous nos efforts sur la livraison et nous ne tirerons pas profit de la situation actuelle.

Qu’en est-il des activités en ligne de Microspot, Interdiscount, Fust et coop@home? Continuent-elles de fonctionner?

Elles fonctionnent toutes. Nous sommes bien préparés et la Poste continue à livrer normalement.

Déplorez-vous les achats massifs de réserves?

Les angoisses sont de nature diffuse. Je ne reproche à personne de ressentir une inquiétude soudaine. La forte demande de certains articles nous a certes poussés aux limites de notre capacité, mais le système dans son ensemble n’a jamais été en péril.

Etiez-vous préparés à ce type de situation?

Nous disposons d’un plan global en cas de pandémie, et il fonctionne très bien. Mais en ces périodes difficiles, ce qui est formidable, c’est de pouvoir totalement compter sur nos collaborateurs qui agissent de manière rapide et efficace. C’est aussi à ce niveau que nous sommes bien préparés.

Comment vous organisez-vous concrètement?

Nous avons mis en place une cellule de crise qui fonctionne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Il est essentiel que cette Taskforce soit petite et qu’elle puisse traiter toutes les questions importantes. Nous sommes ainsi beaucoup plus rapides.

Chaque décision doit maintenant être parfaitement claire et précise. C’est d’ailleurs pour cette raison que notre cellule s’appelle «Chiaro», c’est-à-dire «clair» en français.

Avec la fermeture temporaire de grands magasins et d’autres entreprises, Coop doit s’attendre à une baisse du chiffre d’affaires. Ceci se traduira-t-il par des licenciements ou des problèmes de liquidités?

Non. Nous sommes un employeur sûr qui, même en situation difficile, s’occupe de ses collaborateurs. Et financièrement nous sommes en très bonne position.

Que peuvent faire les clients pour contribuer au bon déroulement de l’approvisionnement?

Il faut maintenant retrouver un certain calme pour revenir à la «normalité». J’entends par là garder son calme pour nos clients et pour nous tous. Nous devons veiller à retrouver une certaine normalité au cœur de cette situation extraordinaire. Après, tout se passera bien, j’en suis convaincu.

Que souhaitez-vous aujourd’hui aux clients et aux collaborateurs?

Je souhaite à tous de reprendre confiance et d’être certains que nous ferons face ensemble à cette période difficile. Et bien sûr, je souhaite une bonne santé à tous les clients et collaborateurs ainsi qu’à leurs proches.

Joos Sutter

Président de la Direction générale

Originaire des Grisons et Bernois d’adoption, Joos Sutter (54 ans) est président de la Direction générale du groupe Coop depuis 2011, à Bâle. Il est arrivé dans l’entreprise en 1996, après des études à la Haute école de Saint-Gall (HSG). Il est marié et père de trois garçons. Pendant son temps libre, il fait du sport et de la moto, et il pratique la pêche à la mouche.