La musique classique dans le sang | Coopération
X

Recherches fréquentes

Portrait
Leo Cudré-Mauroux

La musique classique dans le sang

Leo Cudré-Mauroux, 19 ans à peine, est l’auteur d’une symphonie en quatre mouvements. Le jeune pianiste cultive l’amour de la musique classique comme d’autres celui du rock ou de la pop.

PHOTO
Julien Chavaillaz
04 décembre 2020
Leo Cudré-Mauroux, ici au Conservatoire  de Fribourg, joue du piano depuis  l'âge de 6 ans.

Leo Cudré-Mauroux, ici au Conservatoire de Fribourg, joue du piano depuis l'âge de 6 ans.

A l’heure où une majorité des jeunes idolâtrent le rock, la pop ou le rap, la musique classique est loin d’être condamnée à la marginalité. Le verbe clair, la voix douce, l’esprit libre d’élitisme, Leo Cudré-Mauroux (19 ans) évoque son amour de la musique classique avec sobriété. Même s’il a parfois le sentiment de vivre décalé dans le temps, d’être un peu seul dans sa classe du Collège Sainte-Croix de Fribourg, même s’il doit, de temps à autre, subir quelques lazzis, le jeune pianiste né à Wettingen (AR) vit sa passion dans un climat de sérénité, à l’image du sage qui a trouvé sa voie.

Ambition assumée

Derrière l’admirateur de Chopin (1810‒1849), Mendelssohn (1809‒1847) et Schubert (1797‒1828) bout une personnalité ambitieuse animée par le goût du défi: alors qu’il n’a pas encore 20 ans, Leo Cudré-Mauroux vient d’achever, à son domicile de Villars-sur-Glâne (FR), une symphonie en quatre mouvements influencée par le courant romantique, celui qu’il chérit plus que tout autre.

Ce poème symphonique, créé dans le cadre d’un travail de maturité au Collège Sainte-Croix, il envisage d’en confier l’interprétation au Prague Symphonic Ensemble, puis de l’enregistrer dans un studio de la capitale tchèque. «L’objectif final consiste à réaliser un CD», indique le jeune homme. Pour récolter les fonds nécessaires, celui qui a composé sa première partition à l’âge de 10 ans présente son projet sur un site de financement participatif (www.crowdify.net). Inscrit au Conservatoire de Fribourg, il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, à tel point qu’il se voit bientôt manier la baguette du chef d’orchestre.

Leo Cudré-Mauroux ne tient pas l’engouement pour la musique classique de son seul milieu familial. La maman, de Wynigen (BE), est artiste peintre, le père, d’Autigny (FR), travaille chez Swisscom comme ingénieur. «Depuis l’enfance, j’aime chanter. J’ai fait partie d’une chorale avec laquelle j’ai interprété des chants de Noël. Il y avait un aspect religieux et je suis tombé dans le classique par ce biais.» Mais la véritable histoire d’amour avec le classique jette ses racines dans les musiques de film, notamment les partitions du compositeur allemand Hans Zimmer dans «Le Roi lion» (1994) et du pianiste et chef d’orchestre américain John Williams dans «Harry Potter» (2001). «J’ai été fasciné par ce style de musique proche du classique. Ce métissage m’a fait basculer dans le classique vers 2012 alors que j’étais en 5e primaire à l’école de Cormanon à Villars-sur-Glâne.»

Paysages intérieurs

Pour Leo Cudré-Mauroux, la musique classique possède la magie de dessiner des paysages intérieurs, de susciter des états d’âme. Dans cet esprit, chacun des quatre mouvements de sa symphonie renvoie à des moments d’émotion: une soirée un peu brumeuse, une autre paisible en campagne, une tempête de feuilles, une soirée agitée avec orage.

Pour nourrir son inspiration, le jeune homme se promène seul en pleine nature. «Avant de créer, je dois marcher en forêt. Les 95% de la composition sont réalisés au gré de ces randonnées. C’est à cet instant-là que je décide de la tonalité, des enchaînements mélodiques.» De retour à son domicile, le pianiste a en tête le fil rouge de sa composition. «Il me reste à retranscrire tout ce que j’ai pensé.» A-t-il d’autres passions que le classique? «Bien sûr, j’aime les animaux, les romans d’aventure et les thrillers. Et j’adore l’histoire, avec une préférence pour le XVIIIe siècle et le Moyen Age.»


Mini-questionnaire

Votre mot préféré? Découvrir

Y a-t-il une vie après la vie? Oui!

Le désir que vous aimeriez réaliser? Voler

Votre bruit préféré? Le vent et le mi bémol (les deux peuvent être liés, le vent a beaucoup de notes)

Votre plat préféré? En tout cas ceux de ma grand-mère, mais très difficile à dire lequel. Probablement ses lasagnes

Une qualité que les autres ont remarquée chez vous? La curiosité

Quel est votre plus vilain défaut? J’ai tendance à être parfois égoïste

Votre remède quand ça va mal? Chanter