Les héritiers d'Henri Dès | Coopération
X

Recherches fréquentes

Les héritiers d'Henri Dès

La Suisse romande peut s’enorgueillir d’avoir une belle brochette de chanteurs pour enfants, de styles très différents et de grande qualité. Cela a beaucoup à voir avec son histoire.

PHOTO
julien cavaillaz | aude haenni | lola lehmann
18 décembre 2020
Très drôles,  les Petits chanteurs à la gueule de bois aiment jouer à faire peur aux enfants avec leurs barbes.Dans un style très simple, Virgil en forêt raconte des contes sur la nature, et s'adresse aussi bien aux  grands qu'aux petits.

Très drôles, les Petits chanteurs à la gueule de bois aiment jouer à faire peur aux enfants avec leurs barbes.Dans un style très simple, Virgil en forêt raconte des contes sur la nature, et s'adresse aussi bien aux grands qu'aux petits.

Qu’ont Picoulet, Rondin picotin et Escargot bigorne en commun? Ces grands classiques au rayon enfant ont tous leurs racines en Suisse romande. Longtemps, les mômes romands se tournaient vers la ronronnante variété française, jusqu’au jour où Henri Dès – qui a fêté ses 80 ans lundi dernier – a sorti ses premières chansons. Des textes joyeux, actuels, qui ont tout de suite fait mouche. Le monde de la croche est en émulation et d’autres artistes émergent, comme Gabby Marchand ou Jacky Lagger.

«Henri Dès a clairement montré la voie, observe Karine Vouillamoz, programmatrice musicale d’Option Musique. On a une richesse dingue en Suisse romande. La musique fait partie de nos gènes, nous avons une grande tradition chorale. Nous possédons une scène fabuleuse en dépit du petit territoire», souligne la spécialiste.

A la maison, les parents chantent avec leurs bambins et transmettent ainsi un patrimoine culturel. Plus tard, ceux-ci prennent leur guitare, contrebasse ou ukulélé et écrivent leurs premiers tubes. C’est ce qui s’est passé pour Virgil en forêt (38 ans). Fils de disquaires, le Fribourgeois a baigné dans la musique, participé aux tours de chant du 1er Mai et aux chorales. Maître à l’école enfantine, il s’est mis à composer des mélodies dans un but pédagogique. «Nous faisions l’école à la forêt une fois par semaine. Mes chansons accompagnaient les cours pour mieux aborder une thématique.»

L’école de musique

Cet élan doit beaucoup à la méthode Jaques-Dalcroze – développée il y a un peu plus de 100 ans à Genève – qui enseigne la musique à travers le mouvement – la rythmique. Et aussi à une grande dame, Marie Henchoz, qui a fait chanter deux générations d’enfants avec Sautecroche (souvenez-vous: Le pingouin, La vache en hélicoptère). Sa démarche? «Donner une discothèque aux enfants, avec des styles musicaux très variés. Cela ouvre leurs horizons», note l’artiste, qui a touché au flamenco autant qu’au jazz, au rock ou à la musique grecque. Désormais, elle a raccroché ses partitions, mais continue de créer des spectacles pour les écoles. «Il ne faut pas prendre les enfants pour plus petits que ce qu’ils sont. Ils ont une grande ouverture d’esprit.»

Une phrase que l’on retrouve dans la bouche d’autres chanteurs du même créneau, que nous avons interrogés. «On peut leur faire écouter n’importe quel style. Plus ils apprécient un grand nombre de musiques, mieux c’est pour eux, souligne Lionel Aebischer, le parolier des Petits chanteurs à la gueule de bois. Nous faisons des chansons sur l’enfance et non pour les bambins.» Gaëtan, le plus connu des héritiers d’Henri Dès, ne dit pas autre chose: «Les enfants ne comprennent pas les astuces du jazz, mais ils les perçoivent.»

Une grande plus-value Il y a aussi des arguments plus pratiques que culturels pour expliquer tant l’engouement du public que le terreau fertile romand. «La plupart des albums pour enfants paraissent accompagnés d’un livret composé d’histoires et sont richement illustrés, ce qui représente une vraie plus-value», explique Karine Vouillamoz.

Le support physique est en outre un atout à l’heure du tout digital: les petits peuvent eux-mêmes mettre un CD dans l’appareil et chanter avec (parfois une version karaoké existe) ou l’emporter en voiture. «Les disques pour adultes, en revanche, ne se vendent pratiquement plus, observet-elle. Ce créneau s’avère être une valeur refuge, dans un monde qui change, tout va tellement vite.»

Très drôles, les Petits chanteurs à la gueule de bois aiment jouer à faire peur aux enfants avec leurs barbes. Dans un style très simple, Virgil en forêt raconte des contes sur la nature, et s'adresse aussi bien aux grands qu'aux petits.

Des thématiques plus variées

Si l’univers musical des mômes est resté longtemps figé, c’est aussi la faute à des mélodies répétitives et à des textes simplistes. Les musiciens d’aujourd’hui citent le célèbre musicien moustachu comme moteur du renouveau des thématiques. «Il était précurseur, et il était de chez nous, je l’ai beaucoup écouté», se souvient la Morgienne Sophie Martin. Elle travaille comme maîtresse d’école enfantine, à l’instar de Virgil en forêt, Sylvie la maîtresse décolle et, autrefois, Marie Henchoz. Lionel Aebischer des Petits chanteurs à la gueule de bois et Gaëtan enseignent, eux, la musique.

La Morgienne s’accompagne de sa contrebasse pour «raconter des histoires». Elle a choisi de ne pas se limiter dans les thématiques, d’aborder aussi bien la question climatique dans Ma planète, que les expériences culinaires dans Le mouton Léon.

Même démarche pour le Genevois Gaëtan: «Pour l’écriture, j’essaie de coller à l’imaginaire des enfants, en choisissant bien les mots et les sujets. Il y en a des évidents, instinctifs, d’autres tirent leur inspiration de la vie quotidienne.» Il vient de sortir un album de Noël qui mélange tubes et morceaux de son cru (interview dans Coopération N° 50).

Les Petits chanteurs à la gueule de bois, qui à la base possèdent un registre plutôt grivois (écoutez Les filles d’Orvin), ont dû adapter leurs textes: «Ce n’est pas plus simple d’écrire pour les enfants. J’essaie d’inclure des clins d’œil aux parents, des doubles sens», sourit Lionel Aebischer, qui s’interdit les rimes trop faciles. Pas question pour le groupe de barbus de renoncer à ses premiers amours. Ils tournent deux spectacles en parallèle, l’un pour les adultes, l’autre pour les écoles.

Virgil en forêt, quant à lui, reste dans l’univers des contes et de la nature, avec son deuxième album Ballades imaginaires, qui vient de paraître. «On n’est définitivement plus dans le contemplatif youplaboum des années 1960», se réjouit Karine Vouillamoz. Et consécration: ce style musical se retrouve désormais aussi au programme des festivals romands.

TOP 10 DES CHANSONS romandes enfantines

  • «La petite Charlotte», Henri Dès
  • «Picoulet», inconnu (Moyen Age)
  • «Rondin picotin», inconnu
  • «Le pingouin», Marie Henchoz
  • (Sautecroche)
  • «Escargot bigorne», inconnu
  • «Le vieux chalet», Abbé Bovet
  • «Chope la banane», Gaëtan
  • «Les bêtises à l’école», Henri Dès
  • «J’aime pas les becs», Les Petits
  • chanteurs à la gueule de bois
  • «Nativité (Une étoile brille au ciel)»,
  • chant de Noël, Liliane Pache