Faut-il allaiter pour être une bonne mère? | Coopération
X

Recherches fréquentes

LIFESTYLE
SANTé

Faut-il allaiter pour être une bonne mère?

Il y a tout intérêt de donner le sein à son bébé. Mais certaines femmes ont également leurs raisons de ne pas le faire. Si une maman peut choisir ce qui est le mieux pour elle, son enfant y gagnera aussi.

PHOTO
corina Vögele
06 septembre 2021
Même si l'allaitement est considéré comme la chose la plus naturelle  du monde, la plupart des mères connaissent des difficultés.

Même si l'allaitement est considéré comme la chose la plus naturelle du monde, la plupart des mères connaissent des difficultés.

Le nourrisson tète paisiblement le sein de sa maman, qui le contemple, détendue et heureuse. Ce genre d’images, relayées par les médias et la publicité, véhiculent une représentation idéalisée de l’allaitement qui met les mères sous pression. Car la réalité est moins rose: «Au cours des deux ou trois premières semaines, la plupart des femmes ont des difficultés, nous explique Céline Wälti, (27 ans), conseillère en allaitement à la clinique Hirslanden. Il est plutôt rare que cela fonctionne dès le début.»

L’allaitement est une danse

Céline Wälti se plaît à comparer l’allaitement à une danse: «La mère et l’enfant doivent commencer par se mettre au diapason.» Pour ce faire, la spécialiste recommande de prendre du temps et en aucun cas de se comparer aux autres femmes ou à une image idéalisée. De plus, elle essaie toujours de faire comprendre aux femmes qui allaitent qu'elles y arrivent bien.

«L’allaitement fonctionne rarement dès le début»

Céline Wälti infirmière spécialisée et conseillère en allaitement, Zurich

Une fois les premières angoisses surmontées et l’équipe mère-enfant bien rodée, l’allaitement simplifie la vie: les repas du bébé sont disponibles à tout moment, de manière hygiénique et à température idéale. «Le lait maternel est composé de manière optimale, évoluant en fonction de l’âge de l’enfant, voire du moment de la journée ou de la période de l’année», explique la spécialiste. Par ailleurs, les enfants nourris au sein profitent d’un système immunitaire plus efficace: leurs défenses sont généralement meilleures que chez les enfants non allaités et, statistiquement, ils sont moins exposés à l’obésité, aux allergies, au diabète et aux intolérances alimentaires.

L’allaitement maternel présente aussi des avantages pour les mères: l’utérus se rétracte plus rapidement. Et comme l’allaitement consomme environ 500 calories par jour, les rondeurs de la grossesse disparaissent plus vite. Il va de soi que le contact physique intense renforce également le lien entre la mère et l’enfant.

Toutefois, selon Céline Wälti, il est «absurde» de penser que seul l’allaitement permet ce rapprochement. «Donner le biberon avec amour fonctionne tout aussi bien», assure-t-elle. L’avantage est que le papa peut le faire aussi.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les femmes n’allaitent pas. Certaines cessent de le faire parce que cela ne fonctionne pas. Par exemple, lorsque les mamelons sont constamment douloureux, voire ulcérés, ou en cas d’inflammation des seins. «Cela ne porte pas préjudice aux bébés», rassure l’infirmière. «Au contraire. Un bébé ressent l’anxiété de sa mère.» En revanche, si la mère se sent bien parce qu’elle n’a plus à se crisper en allaitant ou qu’elle ne pleure plus de douleur, c’est plutôt bénéfique pour le bébé.

Le choix de chaque maman

«De nombreuses femmes se contentent d’essayer pour voir si cela fonctionne», relève Céline Wälti. Il arrive que certaines femmes n’aient pas suffisamment de tissu glandulaire pour produire du lait. Cela peut être dû à des facteurs génétiques ou au fait que ce tissu a été retiré ou endommagé lors d’une réduction ou d’une augmentation mammaire.

Il arrive aussi que des mères n’aient pas envie d’allaiter. «La raison la plus fréquente est qu’elles ont vécu une expérience négative avec leur premier enfant», affirme la spécialiste. Dans ce cas, elle leur explique que la situation peut être différente la prochaine fois.

Aux femmes qui ne veulent pas allaiter par peur d’abîmer leurs seins, la conseillère rappelle que les seins se modifient déjà du fait de la grossesse, mais qu’ils retrouvent généralement leur forme initiale dans l’année qui suit le sevrage. Au final, Céline Wälti accompagne et soutient la mère sur la voie qu’elle s’est choisie. «Une femme est une bonne mère, qu’elle allaite ou non.»

 


Bien déterminés

Certains nouveau-nés placés sur le ventre de leur mère directement après la naissance «rampent» d’eux-mêmes vers le sein au cours de leur première heure de vie.

 


Avant l’arrivée de bébé

Les cours de préparation à la naissance, de soins pour bébé et de préparation à l’allaitement permettent de se préparer de manière optimale à l’arrivée de bébé:

www.hirslanden.ch/cours-beb