X

Recherches fréquentes

Edito

Sur les rails du train de nuit

24 juin 2019

Et voilà que l’on reparle de lui! Ce bon vieux train de nuit, avec tous les souvenirs qu’il transporte. Et le goût d’une certaine nostalgie. Le train de nuit dans lequel on montait pour partir en vacances, et dans lequel on se réveillait en voyant la mer. Celui dont le bruit du roulement et le rythme des traverses nous calmaient, ou pas... Le train de nuit des couchettes à plusieurs, pas toujours folichonnes, des pickpockets sans scrupules. Le train de nuit qui inspire cinéastes et romanciers. Le train de nuit du jeune voyageur fauché que je fus, sac au dos, à une époque où la découverte de l’Europe se faisait avant tout via le rail. Ce train de nuit connaît soudain, crise du climat oblige, un regain d’intérêt. Les chemins de fer autrichiens ont récemment doublé leur offre en récupérant certaines destinations abandonnées par leurs homologues allemands. De leur côté, les CFF étudient la possibilité de réintroduire les trains de nuit au départ de la Suisse. Car aujourd’hui, la soudaine mais tardive prise de conscience écologique fait que l’on commence à réfléchir à deux fois avant de s’acheter un billet EasyJet à quelques dizaines de francs pour Barcelone. Même les jeunes, à qui l’on reproche volontiers de descendre dans la rue manifester pour le climat et monter le lendemain dans le premier vol low cost disponible, y deviennent sensibles. Nous vous emmenons donc à bord d’un train de nuit, dans lequel nous avons justement rencontré des jeunes séduits par ce mode de transport.