X

Recherches fréquentes

Edito

La nuit, un autre jour

20 janvier 2020

Pensons un instant à tout ce qui changerait si tout le monde dormait la nuit, si tout s’arrêtait...
Que ce soit chez les pompiers, les ambulanciers ou dans les hôpitaux, pour secourir ou sauver des vies, dans les médias pour informer, dans les transports pour se déplacer, dans la distribution pour assurer l’approvisionnement, à la police, dans le monde du spectacle et de la vie nocturne, le travail de nuit recouvre de multiples situations et corps de métiers. Avec une société globalisée où le 24 heures sur 24 prend toujours plus de place, il ne constitue plus une exception. Dans de nombreux domaines, il est même indispensable, la norme. La nuit est un autre jour.

Les nuits de ceux qui se couchent lorsque nous nous levons sont-elles plus belles que nos jours? Peut-être. Car travailler de nuit procure un sentiment d’être seul au monde, une sorte de délicieuse plénitude, une sérénité propre à la réflexion, une motivation toute particulière quand le temps paraît suspendu. Les contacts entre collègues, la nuit, deviennent plus intenses, plus forts. Travailler à des heures indues où tout le monde est chez Morphée, ça crée des liens.
Nous sommes allés cette semaine à la rencontre de ces «pros de la nuit». Par choix, par obligation ou par passion. Comment vivent-ils cette particularité, ce mode de vie contre nature, quels sont les avantages et les inconvénients, que faut-il savoir pour préserver sa santé?
Bonne lecture. Et bonne journée. Ou bonne nuit.