X

Recherches fréquentes

ACTUEL
BILAN 2018

Coop poursuit sa croissance

L’année 2018 a été florissante pour Coop. Tous ses secteurs ont enregistré une progression. Ceux du développement durable et du commerce en ligne ont obtenu de bons résultats. Grâce à de nombreuses offensives menées sur les prix, les consommateurs ont pu profiter de produits moins chers. Joos Sutter, président de la Direction générale, dresse le bilan.

PHOTO
Heiner H. Schmitt
26 février 2019

Nouveau concept de magasin: les clients peuvent s'approvisionner en fromages suisses dans la cave à fromage.

En 2018, Coop a enregistré une forte hausse de son chiffre d’affaires. Avec 30,7 milliards de francs, celui-ci a, pour la première fois de l’histoire de la coopérative, dépassé la barre des 30 milliards de francs – soit une hausse de 5% par rapport à l’année précédente. Le commerce de détail tout comme le commerce de gros et de la production ont contribué à ce bon résultat.

Chez Coop, le commerce en ligne poursuit sa progression – avec 20,6%, son chiffre d’affaires a connu une croissance à deux chiffres pour atteindre plus de 2,3 milliards de francs. Et Coop ne compte pas en rester là. «Après avoir intégré Siroop, nous voulons développer la plateforme en ligne Microspot», a expliqué Joos Sutter, président de la Direction générale du groupe Coop, lors de la présentation des résultats annuels à Muttenz (BL). Dans la boutique en ligne de la marque verte, les clients trouvent aujourd’hui, outre de l’électronique domestique, des articles de bureau, des produits de bricolage, des parfums, des montres et bien plus encore. «Nous prévoyons de passer à 800 000 le nombre des produits proposés en ligne», ajoute le chef de Coop.

La priorité: des prix avantageux

Selon Joos Sutter (54 ans), le groupe Coop est bien placé au plan du numérique: «Les clients ont le choix: en plus de la plateforme Microspot, nous proposons désormais 40 magasins en ligne et 1100 stations Pick-up», précise-t-il.

«Rien que ces huit dernières semaines, le prix de plus de cent articles de marque a été réduit»

Joos Sutter, chef de Coop

Joos Sutter, chef de Coop

«Il vaut toujours la peine de comparer les prix», déclare Joos Sutter, qui est né et a grandi dans les Grisons. «Chez nous, les clients achètent au moins aussi bon marché qu’auprès des discounters», explique le numéro 1 du groupe Coop. «Notre assortiment compte actuellement 500 articles dans la catégorie discount Prix Garantie, 50 ont déjà été ajoutés depuis le début de l’année et 50 autres suivront d’ici décembre prochain.»

Parallèlement à l’offensive qu’il mène avec la gamme Prix garantie, le groupe investit également massivement dans d’autres domaines pour réaliser des baisses de prix. Selon Joos Sutter, Coop a dépensé au total près de deux milliards de francs au cours des quinze dernières années pour réduire le prix de ses produits en magasin. «L’an dernier, nous avons encore investi 40 millions de francs dans des articles à petit prix.»

Les marques propres de Coop ne sont pas les seules à afficher des prix en baisse. Le groupe négocie aussi en permanence avec les fabricants d’autres marques pour obtenir des prix plus bas. «Rien que ces huit dernières semaines, le prix de plus de cent articles de marque a été réduit, indique Joos Sutter. Et beaucoup d’autres suivront encore.»

Transformation de magasins

Actuellement, Coop ne s’active pas uniquement sur le front des prix mais transforme aussi tous ses supermarchés. C’est dans un décor lumineux et accueillant que les clients peuvent, par exemple, désormais profiter d’une boulangerie maison, où les boulangers pétrissent, façonnent et enfournent la pâte à pain sous leurs yeux. De plus, des collaborateurs préparent sur place des produits frais comme du müesli, des salades, des sandwichs et des pizzas. Une sélection de filiales a même été dotée d’un humidor à fromages – pièce spécialement tempérée et humidifiée dans laquelle peuvent être dégustées des centaines de spécialités fromagères suisses. Joos Sutter recommande une visite dans ce petit paradis gustatif: «C’est une expérience unique qui ne séduira pas uniquement les inconditionnels du fromage.» Fin 2018, 75 filiales avaient achevé leur transformation, d’autres suivront en continu.

Regarder le boulanger faire du pain ou se sentir comme au marché: le shopping chez Coop est une expérience sensuelle.


Les chiffres expliqués en bref

Commerce de détail, commerce de gros, produits bio, collaborateurs: tout ce qu’il faut savoir du bilan de Coop pour l’année écoulée. 

Coop a réalisé un chiffre d’affaires record. Où vont les bénéfices?

En tant que coopérative, Coop investit ses bénéfices en premier lieu dans la baisse des prix. L’entreprise investit par ailleurs dans le développement de nouveaux produits et services, ainsi que dans la modernisation de son réseau étendu de points de vente. 

D’où proviennent le chiffre d’affaires et les bénéfices?

Coop repose sur deux piliers. Il s’agit d’une part du commerce de détail suisse, qui englobe les supermarchés Coop, les Coop City et les Brico+Loisirs, mais aussi les enseignes spécialisées telles qu’Interdiscount, Fust, Import Parfumerie, Livique, Christ Montres & Bijoux et beaucoup d’autres.

Acheter en ligne sur Interdiscount, Fust, The Body Shop, Import Parfumerie & Co pour ensuite récupérer à loisir sa commande dans une filiale Coop: le service Pick-up séduit la clientèle.

 

Et le second pilier?

C’est le marché de gros et la production. Cela comprend les entreprises de production appartenant à Coop, telles que Bell Food Group (viande, salades, pâtes toutes prêtes, etc.), Chocolats Halba ou Sunray (fruits secs, oléagineux, huiles, etc.). Dans le commerce de gros, la filiale Transgourmet approvisionne professionnels de la restauration, cantines, établissements médicaux-sociaux, etc. dans de nombreux pays d’Europe. 

Comment ces deux secteurs contribuent-ils au succès de Coop?

L’an dernier, le produit net de Coop s’est élevé à 17,7 milliards de francs dans le secteur du commerce de détail (soit une progression de 1,9% par rapport à l’année précédente) et à 14,2 milliards dans le commerce de gros (plus 9%). Le commerce de détail représente donc environ 60% du produit net, contre environ 40% pour le commerce de gros. 

Combien de personnes travaillent chez Coop?

Coop emploie environ 90 000 personnes, soit 3200 de plus que l’année précédente. En Suisse, Coop compte quelque 56 300 collaborateurs, ce qui représente une augmentation de 900 emplois. 

Comment s’est développé le bio? 

L’an dernier, Coop était placée sous le signe du développement durable à l’occasion des 25 ans de Naturaplan. Avec un chiffre d’affaires de 4,7 milliards de fr., Coop reste le leader incontesté des produits durables. Le chiffre d’affaires de la marque Coop bio Naturaplan a progressé de 17,2%, pour atteindre 1,3 milliard. 

Le programme pour cette année?

Depuis 2012, Coop a réduit ses matériaux d’emballage de plus de 20 000 tonnes. Rien que l’an dernier, 114 tonnes ont ainsi été économisées dans le domaine du bio. D’ici l’automne, l’entreprise a l’intention de renoncer aux emballages pour les fruits et légumes bio, lorsque la loi l’autorise et lorsqu’il n’y a pas de contre-indication au niveau du goût, de l’odeur ou de la conservation.

Comment cela fonctionne-t-il?

Coop mise avant tout sur les ElastiTags, les autocollants, les manchons en papier, les emballages de papier à base d’herbe et les filets en cellulose. Sans oublier les Multi-Bag en cellulose certifiée FSC, dont plus de 600 000 exemplaires sont déjà en circulation. 

Où se situe Coop sur le marché?

Selon l’institut BAK Economics, le commerce de détail a stagné en Suisse l’an dernier. Coop se distingue dans ce contexte avec une progression de 1,9%.